RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Bruno Letendre seul à la réunion des Producteurs de lait du Canada

Denise PROULX ,

La super équipe des Producteurs de lait du Québec (PLQ) n’accompagnait pas le président Bruno Letendre à la dernière réunion des Producteurs de lait du Canada (PLC), qui s’est tenue à Ottawa, le 6 juin dernier et dont la veille était consacrée à des négociations stratégiques.  C’est pourtant uniquement les PLC qui peuvent demander une révision des prix du lait à la Commission canadienne du lait.

Par contre, du côté de l’Ontario, le directeur général de Dairy Farmers of Ontario (DFO)Graham Lloyd a passé les deux journées du 5 et 6 juin dans la capitale fédérale à discuter stratégie en compagnie de son président Ralph Dietrich et d’autres experts pour défendre les intérêts de leurs producteurs.

La Vie agricole et Graham Lloyd avaient prévu une entrevue mardi, qui finalement a été reportée pour cause du manque de disponibilité du directeur général de DFO pris dans des discussions intensives à Ottawa avec des transformateurs et des stratèges du lait ce, jusqu’à tard en soirée. Réunions qui ont repris le lendemain dès 7h am, a écrit Graham Lloyd, en réitérant ses excuses pour ce faux bond.

Letendre seul aux réunions!

Des communications avec le porte-parole des PLQ, François Dumontier, ont permis de confirmer que M.Letendre s’est rendu seul à cette importante rencontre des PLC, précédée d’une journée stratégique, où il devait convaincre ses homologues provinciaux de réviser les prix des classes de lait.

Questionné deux fois plutôt qu’une à savoir si M. Letendre était aussi accompagné de son directeur général Alain Bourbeau et d’un autre membre de l’exécutif des PLQ, M. Dumontier a écrit que « M. Letendre est le seul membre du conseil d’administration des PLQ à siéger sur l’exécutif des PLC, à l’exception bien entendu de Pierre Lampron qui est président des PLC. »  Il a ajouté dans une seconde communication que « non, les directeurs généraux des provinces ne sont pas au conseil d’administration des PLC. »

Ce n’était pourtant pas notre question. Nous demandions clairement :« est-ce que votre directeur général Alain Bourbeau accompagne M. Letendre à cette réunion des PLC à Ottawa ? »

Quant à savoir comment M. Letendre consulte les autres membres de l’exécutif et les administrateurs des PLQ lors de ces rencontres stratégiques avant et pendant celles des PLC, M. Dumontier nous a indiqué ce qui suit : « Cette question mériterait d’être clarifiée, je ne suis pas certain de bien en comprendre le sens. Le conseil d’administration et le comité exécutif se réunissent de façon régulière, au moins une fois par mois en temps normal et rapidement de façon téléphonique au besoin. Nos conseils régionaux se réunissent également sur une base régulière.»

À la CCL de répondre...

Également interrogé à savoir si la Commission canadienne du lait (CCL) avait donné suite à la lettre envoyée par les PLQ quant à une révision des classes de lait, François Dumontier a répondu : « Nous savons que la lettre a été reçue par la CCL, il n’y a pas  à ma connaissance de décisions qui ont été prises par la CCL à ce moment-ci. Je vous invite à communiquer avec eux pour en savoir davantage sur leur processus. Par ailleurs, M. Letendre a dit publiquement souhaiter (…) que la demande devienne une demande canadienne. Il a également indiqué qu’il y aurait une discussion à cet effet au conseil d’administration des PLC (...) »

Questionnée à cet effet par La Vie agricole, la porte-parole de la Commission canadienne du lait, Chantal Paul, a répondu : « Nous avons en effet reçu une lettre des PLQ relativement aux prix du lait. Toutefois, le processus de consultations ne peut être lancé que sur demande d’une organisation nationale telle que les Producteurs laitiers du Canada ou encore l’Association des transformateurs laitiers du Canada. Pour cette raison, le processus de consultation n’a pas été entrepris. Nous avons informé les PLQ de cette situation. »

À ce jour, ces organisations n’ont pas fait de demande à cet effet.