RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Avis public

Craquer pour les œufs

Sylvain Charlebois ,

Plusieurs disent que l’œuf constitue l’aliment parfait. Naturel, simple, rempli de nutriments pour un bon régime santé, il fournit une importante source de protéines et tout se retrouve à l’intérieur d’une coquille. Depuis un an ou deux, il semblerait que les Canadiens craquent pour le coco.

Au cours des 12 derniers mois, la demande pour les œufs au Canada a bondi de 6,6 %. Ce qui se traduit par 35 millions d’œufs par an. Il faudrait donc près de 90 000 poules pondeuses supplémentaires au Canada pour suffire à cette demande qui explose. Chaque année au Canada, nous produisons près de 9 milliards d’œufs. La demande pour les œufs augmente depuis onze années consécutives au pays et rien n’indique que cette tendance se renversera sous peu.

Bien sûr, l’une des raisons principales pour cette hausse provient des grandes chaînes alimentaires comme McDonald et A&W qui décidaient en 2017 de servir les déjeuners à toute heure du jour. Pour la restauration rapide, l’œuf se prête bien aux solutions de repas simples et sur le pouce pour les gens pressés. Sa préparation n’exige que quelques minutes et hop... dans l’assiette. Tim Hortons vient tout juste d’annoncer qu’elle emboîtera aussi le pas et servira les déjeuners tout au long de la journée. Un nombre grandissant de consommateurs adhère à un régime alimentaire flexible, sans être esclave des repas traditionnels qui séparent la journée en trois. Millénaux, mode de vie en transition, travail mobile ; toutes ces tendances font de l’œuf le complément idéal aux horaires chargés. Vu sa haute teneur en protéine, l’œuf remplace progressivement la viande pour les mets sur le pouce et pour son prix avantageusement plus bas que celui de la viande. 

Depuis quelque temps, la science encourage de plus en plus les consommateurs à choisir l’œuf au lieu de la viande. Cette hausse soudaine et la décision des grandes chaînes d'offrir l’œuf sur leur menu tout au long de la journée ne surprennent pas.

En effet, les œufs ont la cote au Canada plus que jamais, mais cela n’a pas toujours été le cas. Comme n’importe quel produit alimentaire, la science nous aide à mieux comprendre et apprivoiser certains produits avec le temps. Il y a à peine 15 ou 20 ans, les nutritionnistes et diététistes boudaient l’œuf pour une raison ou une autre. Les choses ont bien changé. Mais dans les faits, le Canada est loin d’être le plus grand consommateur d’œuf au monde, il ne fait qu'entrer en mode de rattrapage.

Selon le World Poultry Science Association, les plus grands consommateurs d’œuf par personne au monde se retrouvent au Japon, à Taiwan, au Mexique, au Paraguay et en Chine. Tout comme les Canadiens, les Américains consomment plus d’œufs, mais la consommation par personne en Amérique du Nord se situe loin derrière l’Asie et certains pays d’Europe, comme la France et l’Italie. Le consommateur canadien moyen mange à peine la moitié de ce qu’un Japonais consomme, soit environ 20 douzaines d’œufs par année. Cet écart de consommation tend cependant à diminuer de façon significative ces dernières années. 

Par contre, les choses risquent de se compliquer quelque peu pour nos producteurs canadiens. Plusieurs grandes chaînes comme McDonald ont annoncé leur volonté d’ici 2025 d'opter pour les œufs de poules élevées en liberté. L’Europe a adopté une loi semblable il y a quelques années. Le bien-être animal envahit tranquillement nos menus. Cara Foods, qui regroupe notamment les restaurants St-Hubert et Harvey’s, Starbucks, Subway, Tim Hortons, ont aussi fait des annonces semblables. Cette conversion notable poussera les producteurs à devoir changer leurs pratiques et réinvestir dans leurs installations afin d’adopter de nouveaux cahiers de charge. Tout cela viendra à coûter plus cher pour les producteurs et bien sûr, pour nous tous.

Au supermarché, une douzaine d’œufs de poules élevées en liberté coûte parfois 40 % plus cher que les gros œufs ordinaires. Différence peu négligeable ! De plus, les ruptures de stock risquent de se multiplier puisque la production d’œufs de poules élevées en liberté manque de constance. Ce phénomène s'observe en Europe, surtout lorsque la demande saisonnière pour l’œuf augmente comme à Pâques et durant d’autres fêtes.

En somme, l’engouement pour l’œuf arrive à point pour nos producteurs puisque le cheminement vers la poule élevée en liberté s’avérera difficile durant les prochaines années.