RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Situation du marché laitier:Attention aux stocks ailleurs dans le monde dit l’économiste Marie Ly

Yannick PATELLI ,

Marie Ly

Marie Ly, directrice adjointe, Politique et commerce international pour Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) est venue lors de l’assemblée générale annuelle des Producteurs de lait du Canada qui se tenait les 17 et 18 juillet dernier à Québec, exposer la situation mondiale.

Le Canada avec ses 37 millions d’habitants, ses 11 000 fermes, ses 86 vaches par ferme en moyenne et ses 9 milliards de production de lait par an doit surveiller le marché mondial et les tendances qui se dessinent a-t-elle précisé.

Marie Ly a rappelé que nos voisins du sud qui veulent tant changer les règles en ce moment sont 10 fois plus nombreux que nous, mais que le maintien de la gestion de l’offre assurait un prix moyen de l’hectolitre à 78 $ en moyenne et que l’industrie laitière représente 221 000 emplois à temps plein au Canada et près de 20 milliards dans le PIB.

Elle présenté les tableaux qui font état d’une consommation accrue par les consommateurs de beurre (+ 5,8 %), de crème (+ 5,5%), de fromage ( +4,4%) et une baisse de la consommation de lait ( - 2,5 %) . « Les consommateurs aiment le gras laitier», a-t-elle dit.

Ce qui l’inquiète : « L’écart entre le prix mondial du beurre et le prix de la poudre de lait n’est par rassurant depuis 2016. Il y a espoir que la prix du lait remonte notamment parce que l’Océanie a vécu des problèmes météorologiques et subit un virus qui enverra 150 000 vaches laitières en réforme», a-t-elle ajouté.

Mais elle a rappelé que le prix moyen dans le monde est actuellement de 48,79 $ canadien l’hectolitre et qu’il fallait faire attention au stock de fromage excessif détenu par les États-Unis, du jamais vu depuis 100 ans et des 300 000 tonnes de poudre de lait stockées en Europe.

À cela, Bruno Letendre, président des Producteurs de lait du Québec,  est intervenu pour lui s’inquiéter de la volonté de certains pays dont la Russie de vouloir s’autosuffire. Mary Lee a alors conclu en confirmant que certains pays sont à surveiller ce qui est aussi le cas de la Chine qui est « un importateur important de lait, mais qui améliore grandement sa production».

Des pays de plus en plus autosuffisants dans le futur pour lesquels il ne sera pas si facile de les fournir en lait si jamais le marché devait se libéraliser.