RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Le Parti Québécois veut plus de serres sur les toits des édifices urbains

LVA ,

Jean-François Lisée

De passage dans Rosemont, le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, a annoncé le week-end dernier, qu’un gouvernement du Parti Québécois favoriserait l’installation de serres sur les toits des édifices en milieu urbain, en donnant des rabais de taxes foncières de cinq ans aux propriétaires qui en installent.

L’objectif recherché par le Parti Québécois est

  • D’inciter les propriétaires de nouvelles constructions à mettre des serres sur leurs toits.
  • De créer un réflexe « agriculture urbaine ».
  • De réduire les GES et offrir des produits de qualité, de contrer les îlots de chaleur et de lutter contre le gaspillage d’espace.

« Il y a des milliers de toits vides à Montréal et partout au Québec. Souvent, cet espace pourrait produire des fruits et des légumes. Au Parti Québécois, nous souhaitons créer un réflexe "agriculture urbaine", particulièrement pour les nouvelles constructions. Nous inciterons les gens à aménager des serres sur les toits des édifices. Comment? En donnant aux propriétaires qui installent une serre un rabais de taxes foncières pendant cinq ans », a dévoilé Jean-François Lisée.

L’initiative aura de multiples bienfaits. « Encourager l’agriculture urbaine, c’est encourager l’achat local, c’est lutter contre les îlots de chaleur, c’est réduire les GES. C’est se donner les moyens pour que les Québécois aient facilement accès à des aliments frais, à des produits locaux, même en ville! En plus, en jumelant cette mesure à celle concernant les lunchs dans les écoles, tout le monde sera gagnant », a enchaîné Jean-François Lisée.

Avec cette mesure, le Parti Québécois vise particulièrement les gros projets d’édifices commerciaux ou industriels, mais n’exclut pas pour autant ceux du secteur résidentiel. « Ce que nous proposons aux Québécois, c’est de mettre en marche un grand mouvement en faveur de l’agriculture urbaine. On ira progressivement : d’abord, nous souhaitons que les nouveaux édifices incluent des serres », a conclu le chef du Parti Québécois.