RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Les producteurs agricoles doivent être indemnisés intégralement pour trois accords commerciaux

LVA ,

Gabriel Ste-Marie

À la demande du Bloc Québécois, la Chambre des communes a unanimement demandé au gouvernement, par voie de motion, de pleinement indemniser les producteurs agricoles québécois pour les brèches ouvertes dans les trois derniers accords commerciaux majeurs conclus par le Canada avec l’Europe, les pays du Pacifique et l’Amérique du Nord.

À la demande du Bloc Québécois, la Chambre des communes a unanimement demandé au gouvernement, par voie de motion, de pleinement indemniser les producteurs agricoles québécois pour les brèches ouvertes dans les trois derniers accords commerciaux majeurs conclus par le Canada avec l’Europe, les pays du Pacifique et l’Amérique du Nord.

En plus de s’engager à pleinement compenser les pertes liées à l’Accord économique et commercial global, le Partenariat transpacifique global et progressiste ainsi que l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), Ottawa s’est engagé à révéler son plan d’indemnisation avant que soit votée à la Chambre des communes l’adhésion du Canada à l’AEUMC

« C’est un développement majeur pour nos producteurs agricoles. Le gouvernement s’est engagé à les indemniser intégralement pour leurs pertes et inclut dorénavant des plans compensatoires pour les producteurs d’œufs et de volaille. Plus encore, il s’est engagé à le faire rapidement, avant de voter l’accord récemment conclu avec le Mexique et les États-Unis. Il faudra toutefois maintenir la pression pour ne pas qu’il brise à nouveau ses promesses », a déclaré Gabriel Ste-Marie, porte-parole du Bloc Québécois en matière de commerce international.

Voici la motion qu’a déposée M. Ste-Marie en Chambre et qui a été adoptée à l’unanimité : « Que la Chambre demande au gouvernement de mettre en place un programme qui compense financièrement les producteurs d’œufs, de volaille et de lait  pour l’intégralité des pertes qu’ils subissent à cause des brèches à la gestion de l’offre contenues dans l’AECG, le PTPGP et l’AEUMC, et ce avant de demander aux parlementaires de se prononcer sur l’AEUMC ».