RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

«Les commissions parlementaires deviendront-elles inexistantes?» se demande le CEA

Yannick PATELLI ,

Jacques Cartier, président du CEA

En entrevue avec l’éditeur de La Vie agricole, Jacques Cartier, président du Conseil des entrepreneurs agricoles (CEA) a soulevé le fait que les commissions parlementaires seront possiblement quasiment inexistantes au cours du prochain mandat à Québec en raison du peu de diversité à l’Assemblée nationale depuis que La CAQ est largement majoritaire.

Avec très peu de députés des oppositions élus en région, le Conseil des entrepreneurs agricoles craint que le débat en agriculture ne se fasse pas et que les échanges ne se limitent qu’entre le ministre de l’Agriculture et le président de l’UPA. « Il y a un risque de mettre en place un système quasi-dictatorial» de soulever Jacques Cartier.

Jacques Cartier rappelle que le seul député réellement régional élu du parti libéral c’est Philippe Couillard et il démissionne pour les raisons que l’on connait et que Québec solidaire n’a pas un seul expert en agriculture d’élu.

Pour ce qui est du Parti québécois, selon lui, seuls Harold Lebel et Pascal Bérubé sont des députés régionaux habiles avec le thème agricole, mais «leur priorité ne sera sûrement pas l’agriculture», dit-il.

«Le gouvernement pour respecter la démocratie devra trouver le moyen de financer de manière décente les organisations telles que L’Union paysanne et le CEA» dit-il.