RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Advertisement
Autosuffisance bandeau

Quand le prix du lait est secondaire !

LVA ,

Si au Québec, on entend souvent dans les médias que les producteurs de lait suivent avec intérêt le prix du lait pour savoir s’ils rentabilisent encore leur production, il semble qu’aux Pays-Bas le prix du lait soit secondaire tant les producteurs laitiers focussent sur la qualité et l’investissement à long terme. C’est du moins ce qu’explique le journaliste Toma Dagorn : «L’éleveur ne parle jamais du prix du lait». La mentalité néerlandaise serait donc tout autre.

Les Pays-Bas premier exportateur européen

Toma Dagorn rappelle que «Depuis 2016, les Pays-Bas sont devenus le 1er exportateur européen de produits laitiers devant l’Allemagne (45 % de sa production vers le marché intérieur européen et 20 % vers les pays tiers)».

Les producteurs laitiers de ce tout petit pays de 17 500 exploitations laitières aiment le commerce et le démontre. Il existe aux Pays-Bas 54 usines laitières depuis l’installation récente d’un groupe chinois dans le nord du pays et  85 % des éleveurs sont membres et propriétaires d’une coopérative. Toma Dagorn explique aussi que le prix du lait est un non-sujet pour un producteur néerlandais parce qu’il serait en totale confiance dans sa coopérative.

Tout est optimisé !

Les Néerlandais sont concentrés sur d’autres aspects que le prix « Et quand les résultats sont bons, ils placent de l’argent sous forme d’obligation au sein de leur laiterie ou plus souvent investissent dans la production de lait – robot, bâtiment, salle de traite… -, pas dans les tracteurs ou le matériel.  Tout est calculé, optimisé. Les journées techniques payantes sont vues comme un investissement, se former comme une opportunité» d’expliquer Toma Dagorn dans son topo.