RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

Merci M.Pronovost!

Yannick PATELLI ,

Jean Pronovost

Merci M.Pronovost d’avoir dès 2006 pris l’agriculture sous votre aile. Vous avez su d’emblée écouter les besoins et les espérances des agriculteurs au-delà des institutions qui souvent les limitent dans leurs actions.

Vous avez, avec votre grande intégrité, toujours su trouver le juste commentaire pour ne pas nuire à l’État que vous honoriez, mais en même temps passer un message clair et limpide qui ne faisait aucun doute sur votre vision.

Car visionnaire vous l’étiez. Ce que vous avez écrit dans votre rapport en 2008 est toujours d’actualité. Vous avez participé l’an passé, avec L’Institut Jean-Garon et La Vie agricole, quasiment jour pour jour, à la mise à niveau dix ans après du rapport qui porte votre nom : le Rapport Pronovost. Ce rapport que tant de dirigeants encensent portes closes, mais n’osent appliquer par crainte de représailles d’acteurs du milieu qui, ont eu certes leurs heures de gloires et de réussite, mais qui aujourd’hui sont un frein à l’agriculture lorsqu’ils devraient en être l’accélérateur pour s’adapter aux nouvelles réalités agricoles qui demandent plus de proximité avec le consommateur, plus d’autosuffisance alimentaire et plus de réalisations agricoles et para-agricoles pour dynamiser les régions.

Merci M. Pronovost, vous êtes la seule figure marquante en agriculture au Québec après Jean Garon, qui lui, régna neuf ans sur le MAPAQ.

En deux ans de Commission sur l’Agriculture et l’Agroalimentaire et un rapport des plus précis et des plus audacieux déposé en 2008, même si plusieurs ministres ont tenté de tabletter vos idées, vous restez l’auteur de la meilleure analyse réalisée dans les 10 dernières années sur le plan agricole au Québec.

Peu importe comment s’appelleront les prochaines orientations agricoles menées par le gouvernement du Québec, chaque décideur sait aujourd’hui qu’il devra s’inspirer de votre pensée pour éviter que l’agriculture du Québec ne frappe un mur.

Vous nous manquez déjà dans nos rencontres de L’Institut Jean-Garon. Malgré l’idée de l’équipe du journal La Vie agricole, l’appui de la famille Garon, l’énergie déployée par Simon Bégin, jamais cette institution qui commence après seulement deux ans à faire ses marques dans le débat politique et économique en agriculture n’aurait pu obtenir autant d’appuis des parrains, des marraines, des amis et des décideurs sans la présence de votre personnalité à sa fondation.

Merci M. Pronovost