RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Enquête mondiale d’Alltech sur l’alimentation animale de 2019 : augmentation de 3 % de la production en nutrition animale!

LVA ,

Dr Mark Lyons

Selon l’enquête mondiale d’Alltech sur l’alimentation animale de 2019 (Alltech Global Feed Survey) publiée le 29 janvier dernier,la production mondiale d’aliments pour animaux aurait augmenté de 3 % pour atteindre 1,103 milliard de tonnes métriques en 2018, dépassant 1 milliard de tonnes métriques pour la troisième année consécutive. La huitième édition de l’enquête annuelle comprend des données provenant de 144 pays et de près de 30 000 fabriques d’aliments pour animaux. L’industrie de l’alimentation animale a connu une croissance de 14,6 % au cours des cinq dernières années, soit une moyenne de 2,76 % par an. Avec l’accroissement démographique vient l’accroissement de la classe moyenne, ce qui se traduit par une hausse de la consommation mondiale de protéines. 

Les huit principaux pays producteurs sont la Chine, les États-Unis, le Brésil, la Russie, l’Inde, le Mexique, l’Espagne et la Turquie. Ensemble, ils produisent 55 % de l’offre mondiale d’aliments pour animaux et 59 % des fabriques d’aliments pour animaux du monde s’y trouvent. Ces pays peuvent être considérés comme un indicateur des tendances en agriculture. La croissance prédominante est venue des secteurs des aliments pour poules pondeuses, poulets de chair et bovins laitiers.

« Alltech collabore avec des fabriques d’aliments pour animaux, des entreprises et des entités gouvernementales du monde entier pour compiler des données et des informations permettant d’évaluer chaque année la production d’aliments pour animaux », déclare Mark Lyons, président-directeur général d’Alltech. « Nous sommes fiers de présenter la huitième enquête annuelle mondiale d’Alltech sur l’alimentation animale et de partager les résultats publiquement afin de démontrer l’importance de l’industrie de l’alimentation animale dans le cadre des efforts visant à nourrir la population croissante de notre planète. »

L’enquête mondiale d’Alltech sur l’alimentation animale a évalué la production et les prix des aliments composés à l’aide de renseignements recueillis par l’équipe de ventes internationales d’Alltech et en partenariat avec les associations locales d’alimentation animale au cours du dernier trimestre de 2018. Il s’agit d’une estimation destinée à servir de source d’informations pour les responsables des politiques, les décideurs et les intervenants de l’industrie.

Résultats régionaux de l’enquête mondiale d’Alltech sur l’alimentation animale de 2019

Amérique du Nord : L’Amérique du Nord a connu une croissance régulière de 2 % par rapport à l’année précédente en raison d’une augmentation des principales espèces, les bovins de boucherie et les poulets de chair étant en tête avec une croissance de 3 %. Les États-Unis demeurent le deuxième plus important producteur d’aliments pour animaux au monde, derrière la Chine. Les prix des aliments pour animaux en Amérique du Nord sont les plus bas au monde pour toutes les espèces et, avec la disponibilité des terres, de l’eau et d’autres ressources, la région devrait rester un des principaux contributeurs à la production d’aliments pour animaux.

Amérique latine : La région de l’Amérique latine a été relativement stable en 2018. Le Brésil reste en tête du palmarès de la production d’aliments pour animaux de la région et occupe le troisième rang à l’échelle mondiale. Le Brésil, le Mexique et l’Argentine continuent de produire la majorité des aliments pour animaux en Amérique latine, avec 76 % de la production alimentaire régionale. Le Brésil est resté stable, tandis que le Mexique et l’Argentine ont connu une croissance de 1 % et 4 %, respectivement. La production d’aliments pour animaux en Colombie a grimpé d’environ 8 %, principalement en raison de l’augmentation de la production de porcs et d’oeufs. Plusieurs pays ont connu une baisse de la production d’aliments pour animaux, tels que le Venezuela (-27 %), El Salvador (-16 %) et le Chili (-8 %).

Europe : L’Europe a enregistré une croissance globale d’environ 4 % par rapport à l’année précédente, ce qui en fait la deuxième région à la croissance la plus rapide dans l’enquête, résultant de l’augmentation de la production d’aliments pour les poules pondeuses (7 %), les poulets de chair (5 %), l’aquaculture (5 %), les bovins laitiers (4 %) et les porcs (3 %). Les bovins de boucherie ont été la seule espèce protéique primaire à décliner, mais seulement de moins de 1 %. Une grande partie de la croissance de la région peut être attribuée aux pays plus petits, tels que le Turkménistan, la Macédoine, l’Azerbaïdjan, le Monténégro, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, qui ont tous enregistré une augmentation de la production globale estimée à 20 % ou plus. De plus, les pays producteurs plus importants comme la Russie, l’Espagne et la Turquie ont enregistré une forte augmentation des estimations de production d’aliments pour animaux, ce qui a contribué à la hausse de la production globale.

Asie-Pacifique : La région de l’Asie-Pacifique compte plusieurs des 10 principaux pays producteurs d’aliments pour animaux, dont la Chine, l’Inde et le Japon, et a comptabilisé plus de 36 % de la production mondiale d’aliments pour animaux. La Chine a maintenu son statut de premier producteur mondial d’aliments pour animaux avec 187,89 millions de tonnes métriques, soit 10 millions de tonnes de plus que les États-Unis. La production accrue de la région de l’Asie-Pacifique s’explique par la hausse de 13 % en Inde résultant de l’augmentation dans les secteurs des aliments pour bovins laitiers, poules pondeuses et poulets de chair. Le Pakistan, le Myanmar et le Laos ont également affiché des écarts de croissance plus élevés. La production d’aliments pour animaux de l’Asie du Sud-Est, avec une contribution de 93 % de l’Indonésie, du Vietnam, des Philippines et de la Thaïlande, représente plus de 20 % de la production d’aliments pour animaux de la région de l’Asie-Pacifique.

Afrique : L’Afrique a poursuivi sa forte croissance avec une augmentation de 5 % de la production globale d’aliments pour animaux et aucun pays de la région n’a enregistré de baisse. Le Maroc a connu une forte croissance dans les secteurs des bovins laitiers, des bovins de boucherie, des poules pondeuses, des poulets de chair et des dindons. Les secteurs dont la production d’aliments pour animaux a décliné sont les chevaux (-4 %) et les animaux de compagnie (-14 %). Ces deux secteurs représentent une très petite proportion de la production totale de l’Afrique, l’impact est donc très minime. La plupart des principales espèces d’élevage chez les ruminants et la volaille ont contribué à la croissance globale de la région.

 

Résultats notables par espèce de l’enquête mondiale d’Alltech sur l’alimentation animale de 2019

• Dans le secteur de la volaille, les régions qui ont connu une augmentation majeure de la production d’aliments pour poules pondeuses sont l’Europe, l’Amérique latine et l’Asie-Pacifique. En Europe, la Pologne et l’Ouzbékistan ont chacun enregistré une croissance d’environ 200 000 tonnes métriques. En Amérique latine, la Colombie, le Pérou, le Brésil et le Mexique ont aussi été caractérisés par une augmentation. Dans la région de l’Asie-Pacifique, la Corée du Sud, l’Inde et l’Indonésie ont toutes enregistré une croissance de plusieurs centaines de tonnes métriques. L’Amérique du Nord a connu une croissance globale de 2 %, avec une augmentation de la production aux États-Unis et au Canada. L’Afrique a connu une légère diminution de la production pour les poules pondeuses en raison des baisses enregistrées en Égypte et aux Seychelles. À l’échelle mondiale, la production pour les poulets de chair a augmenté d’environ 3 % en 2018. Il y a eu croissance dans toutes les régions, à l’exception de l’Amérique latine, où une très faible baisse a été observée. L’Afrique a affiché une croissance de 9 %, ce qui montre une tendance générale : avec l’expansion démographique et l’enrichissement de la population, l’intérêt pour les protéines — en particulier pour le poulet — grandit aussi.

• La production d’aliments pour porcs a augmenté de près de 1 % en 2018. La principale région productrice d’aliments pour porcs est l’Asie-Pacifique, mais c’est aussi la seule région où la production d’aliments pour porcs a diminué, la Mongolie, le Vietnam, la Chine, la Nouvelle-Zélande et le Japon ayant connu une baisse. Du point de vue du tonnage, l’Europe a connu la plus forte croissance avec environ 2,2 millions de tonnes métriques. La majeure partie de l’augmentation est attribuable à la Russie et à l’Espagne, mais la Finlande, le Danemark, la France et la Pologne ont aussi contribué. L’Amérique latine a enregistré la plus forte croissance en pourcentage des aliments pour porcs, soit 5 %, la plus forte croissance ayant été observée au Mexique et en Argentine.

• La production d’aliments pour bovins laitiers a enregistré une croissance en Amérique du Nord, en Europe et en Afrique, tandis que l’Amérique latine est restée stable. L’Europe, un chef de file mondial de la production d’aliments pour bovins laitiers, a connu une croissance moyenne d’environ 4 %. La plus forte augmentation a été enregistrée en Turquie (10 %), et l’Irlande, la Russie et le Royaume-Uni ont également contribué à la croissance de la région. La croissance de l’Afrique est principalement due à une augmentation considérable au Maroc et au Nigéria.

• L’Amérique du Nord a toujours dominé la production d’aliments pour bovins de boucherie et continue de le faire avec une augmentation de 3 % en 2018. L’Europe a connu une légère baisse d’à peine 1 % et a conservé sa deuxième position. L’Amérique latine a connu une forte croissance d’environ 8 %, avec le Mexique et l’Argentine comme principaux contributeurs. En conséquence, la région de l’Amérique latine occupe la troisième place dans la production d’aliments pour bovins de boucherie, devançant la région de l’Asie-Pacifique. La Chine et l’Australie ont toutes deux enregistré une croissance dans la région de l’Asie-Pacifique, mais n’ont pas pu compenser le déclin général observé dans des pays comme le Bangladesh, la Mongolie, l’Indonésie, Taiwan, le Vietnam et le Pakistan.

• Dans l’ensemble, les aliments pour l’aquaculture ont affiché une croissance de 4 % par rapport à l’année précédente. Cela est principalement dû aux fortes augmentations enregistrées dans les régions de l’Asie-Pacifique et de l’Europe. Les leaders traditionnels de l’aquaculture dans la région de l’Asie-Pacifique, à savoir le Vietnam, l’Inde et l’Indonésie, ont produit au total 1,58 million de tonnes supplémentaires d’aliments pour animaux dans la région. La Chine, au premier rang de la région, a également enregistré une augmentation de 1 % par rapport à l’année précédente. Les principaux producteurs européens ont connu une forte croissance ou sont restés relativement stables. Parmi les pays qui ont progressé, on retrouve la Norvège et la Turquie (tous deux à +7 %), de même que l’Espagne (avec un impressionnant +31 %). Les autres régions sont restées relativement stables ou n’ont enregistré qu’une augmentation ou diminution de 1 % de la production d’aliments pour animaux, ce qui démontre la continuité de l’industrie dans son ensemble.

• Le secteur des aliments pour animaux de compagnie a connu une croissance d’environ 1 %, principalement en raison d’une augmentation dans la région de l’Asie-Pacifique, qui a été compensée par une diminution dans les régions de l’Amérique latine et de l’Afrique. L’Amérique du Nord et le Moyen-Orient sont restés relativement stables. Dans les enquêtes précédentes, l’Europe était la première région productrice d’aliments pour animaux de compagnie, mais après réévaluation des données de 2017 et malgré une croissance de 2 %, elle se situe juste derrière l’Amérique du Nord. Selon les estimations, l’Europe aurait produit 8,6 millions de tonnes métriques en 2018, soit environ 200 000 tonnes de moins que l’Amérique du Nord. L’Afrique a connu une légère baisse de production, mais le tonnage réel est assez faible comparativement à beaucoup d’autres régions. La région de l’Amérique latine a connu une diminution d’environ 5 %, répartie sur plusieurs pays, notamment le Chili, le Venezuela, El Salvador, la Colombie, l’Argentine et l’Équateur.

Pour avoir accès à plus de données et d’informations de l’enquête mondiale d’Alltech sur l’alimentation animale de 2019, y compris le livret de résultats, une carte mondiale interactive et une présentation vidéo préenregistrée des résultats par Mark Lyons, visitez le site alltechfeedsurvey.com.