RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Un premier groupe de lobbying végétalien à Washington !

LVA ,

Laura Reese

Ancienne ingénieure de la Silicon Valley devenue militante végétalienne, Laura Reese s'est associée à Lobbyists 4 Good (www.lobbyists4good.org) pour convaincre le congrès d'inciter les agriculteurs américains à produire plus de plantes et moins de bétail. 

Elle dit que les éleveurs d’animaux d’aujourd’hui ont un avenir incertain. «Le marché est en plein bouleversement. De plus en plus de clients évitent les protéines animales et recherchent des nutriments à partir de produits à base de plantes. De plus, ces agriculteurs sont confrontés à des coûts d'intrants en hausse. Par exemple, avec le réchauffement de la planète, l'eau deviendra de plus en plus rare et l'agriculture la plus touchée sera celle de l'élevage. Les protéines animales nécessitent jusqu'à vingt fois plus de calories d'eau pour les calories».

À travers Lobbyists 4 Good, une plate-forme de financement participatif qui permet aux Américains ordinaires d’apporter leur message directement au Congrès, elle présente ses arguments. Sa campagne a permis de récolter plus de 5 500 $ auprès de près de 100 donateurs individuels qui soutiennent sa cause. C’est assez d’argent pour financer un mois de lobbying. Elle est maintenant à Washington pour aider à transmettre ce message. Et elle espère recueillir plus d’argent pour que les lobbyistes puissent continuer à faire pression pour sa proposition après son départ. Elle a appelé à un programme pilote pour aider les éleveurs d’éleveurs à produire des aliments destinés au marché à croissance rapide basé sur les plantes.

Réorienter les subventions

Elle souhaite réorienter les subventions et donner plutôt ce financement aux agriculteurs qui passent à l’agriculture végétale.                    

Selon la Plant Based Foods Association, les ventes d'aliments à base de plantes aux États-Unis ont augmenté de 8,1% entre 2017 et 2018. Avec l’augmentation des options alimentaires à base de plantes, Reese a examiné l’effet de cette poussée sur le marché de l’alimentation et de l’agriculture. Elle a constaté que le secteur de l'élevage animalier était incité à produire indépendamment de la baisse de la demande du marché, en raison des subventions gouvernementales.

En 2018, les agriculteurs ont produit plus de 1,39 million de livres de fromage et plus de 2,5 milliards de poulets, dindes, porc et bœuf, sans demande excédentaire de la part des consommateurs estime Reese.

Les milliards de livres de surplus de viande et de produits laitiers sont entreposés dans des entrepôts et payés par le contribuable américain.          

Reese explique: «Nous, les contribuables, payons les fermes d'entreprise pour produire plus de viande et de produits laitiers sur des marchés déjà débordés de viande et de produits laitiers, exacerbant le réchauffement climatique et obligeant nos enfants à payer l'addition. (…) Avec une demande réduite, ces subventions gouvernementales minent le marché libre»

Elle ajoute :«Les agriculteurs sont coincés dans un marché sursaturé. Sans demande accrue, ce n’est pas durable. Nous voulons aider à créer des opportunités pour les agriculteurs de sortir de la tache publique et de pénétrer ces marchés en croissance basés sur les plantes. »                 

Reese dit avoir appris par le célèbre rapport de la FAO publié en 2006, Livestock's Long Shadow, que 1,5 milliard de têtes de bétail dans le monde émettaient entre 35 et 40% de méthane anthropique - un puissant gaz à effet de serre 100 fois plus puissant que le CO2 mesuré sur une période de 10 ans. . «C’est le combat de nos vies», a-t-elle déclaré. «Si nous ne prenons pas de mesures énergiques maintenant, ma génération, la génération X, sera l’extinction des générations».