RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Les blues de l’hiver

Pierre NADEAU ,

Je rêve d’une possession  québécoise ou canadienne à la chaleur comme ces pays nordiques chanceux comme la France et la Hollande qui jouissent de possessions équatoriales. Même la Russie est située suffisamment au sud pour pouvoir jouir du soleil sans quitter le pays.

Je rêve d’un territoire ou d’une province au sud qui permettrait de m’y rendre sans traverser  de frontières, sans passeport ni visa. Un territoire unique, vert et protégé. Un territoire qui nous appartient. Je rêve de forfaits de longs week-ends abordables permettant des départs de dernières minutes à l’intérieur du même pays.

Je rêve d’un chez nous bien au sud. Une ile peut-être ou l’or jaune plane tous les jours au-dessus de nos têtes. Une place unique sans neige et  sans froid. Je rêve de cette chaleur qui fait suer dans mes vêtements légers que je laverais à la main volontiers  et ferais sécher dehors la nuit pour le lendemain.

Je rêve d’un soleil éclatant qui sait réchauffer mon environnement, un vrai soleil qui fait son job, un soleil qui me permet de voir des couleurs vives plutôt que des dizaines de nuances de gris. Je rêve d’un soleil aveuglant qui brule la peau et qui fatigue à la fin du jour par sa vigueur.

Je rêve d’un vent chaud qui vient du sud et de couchers de soleil assis dehors en janvier. Je rêve de faire des BBQ  sans manteaux d’hiver ni capuchon. Je rêve de faire des marches quotidiennes en février sans peur de glisser, sans devoir respirer le froid et sans bottes.

Je rêve de voir des couleurs, de la verdure et des fleurs. Je rêve d’une nature vivante et en pleine expansion. Je rêve de pouvoir admirer les multiples variétés de palmiers. Je rêve de voir  à l’aube des rangées de palmiers royaux sertis de fleurs de tous genres.  Je rêve de perdre le souffle à la vue d’hibiscus géants et de bougainvilliers touffus.

Je rêve que ce soit à nous, que nous soyons chez nous dans cet univers fantasmagorique, mais pas utopique, car ce rêve est réalisable, si on le veut bien.

Je rêve, je rêve, je rêve.