RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Le ministre Lamontagne sensibilisé aux problèmes des éleveurs de porcs

LVA ,

MM.Groleau, Lamontagne et Duval

Les Éleveurs de porcs du Québec étaient ce matin à Québec au bureau du ministre de l’Agriculture André Lamontagne en compagnie de l’Union des producteurs agricoles (UPA). Ils y ont rencontré le ministre, Marc Dion, le sous-ministre du MAPAQ, et Sébastien Benedict, le directeur de cabinet du ministre du MAPAQ, selon le communiqué émis par la fédération des producteurs de porcs.
 

David Duval, président des Éleveurs, et Marcel Groleau, président de l’UPA, se sont rendus au 200 chemin Ste-Foy afin d’exprimer leurs préoccupations quant à la situation difficile dans laquelle les éleveurs de porcs évoluent depuis quelques temps.


« L’État gère le secteur du porc avec une vision à court terme, alors que ce secteur a besoin de signaux clairs et des mesures à court, moyen et long termes. Les éleveurs ont de gros investissements à faire et ils ont besoin de savoir que le gouvernement est là pour les accompagner quand il y a des coups durs comme aujourd’hui », a plaidé le président de l’UPA.

« On arrive à un point où il faudra investir massivement pour poursuivre la progression des gains d’efficacité de nos entreprises. Cependant, nous ne pouvons pas y parvenir si nous n’avons pas de seuil résiduel positif à la fin de notre année financière », a spécifié quant à lui M. Duval.

Selon Les Éleveurs de porc du Québec, le ministre «souscrit pleinement à l’objectif de la filière porcine de créer un environnement d’affaires qui favorise les investissements privés».

«De plus, le ministre s’est dit totalement en accord avec les constats des Éleveurs sur le potentiel du secteur porcin et les perspectives de croissance des exportations qui sont à la portée de la filière québécoise. C’est pourquoi, en lien avec la proposition de créer un comité de travail qu’il a formulée la semaine dernière, il a tenu à préciser que ce comité ne doit pas être perçu comme une stratégie pour repousser des décisions. Bien au contraire, M. Lamontagne souhaite que le comité agisse avec diligence pour proposer des solutions concrètes au sous-investissement chronique constaté dans la production porcine. Il a réitéré à plusieurs reprises qu’il prenait l’exercice du comité très au sérieux» selon le communiqué de la fédération des producteurs de porc.

 

Sur la photo : Marcel Groleau, président de l’Union des producteurs agricoles, André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, et David Duval, président des Éleveurs de porcs du Québec.