RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Expropriations de Mirabel : «Justin Trudeau doit s’excuser aux familles au nom du gouvernement du Canada»- Simon Marcil

LVA ,

Simon Marcil

50 ans après les expropriations de Mirabel ordonnées par Pierre Elliott Trudeau en vue de construire un aéroport, Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, et Simon Marcil, député de Mirabel, ont demandé des excuses au gouvernement canadien, conformément à la volonté exprimée ce matin par l’Assemblée nationale du Québec.

« 1 700 familles ont été expulsées sans ménagement de leur maison et de leurs terres pour construire cet éléphant blanc qu’a été l’aéroport de Mirabel. 50 ans plus tard, la moindre des choses serait qu’Ottawa s’excuse pour avoir cavalièrement bouleversé la vie de tous ces gens et défiguré une région agricole. C’est franchement insultant de constater que Justin Trudeau, qui n’en est pas à une excuse officielle près, a jugé qu’il pouvait se passer de celles-ci », a déclaré M. Blanchet.

Le 27 mars 1969, le gouvernement canadien annonçait qu’il comptait bâtir un aéroport à Mirabel, pour lequel il allait réquisitionner 97 000 acres de terres, touchant 14 municipalités. Or, avant même l’inauguration de l’aéroport, Ottawa permettait aux vols internationaux de contourner Montréal, alors un pôle majeur du transport aérien, au profit de Toronto. L’aéroport de Mirabel, destiné à être un échec avant même son ouverture, connut son dernier vol passager en 2004, de spécifier le communiqué du Bloc Québécois.

Ce matin, l’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité une motion réclamant des excuses au gouvernement canadien pour les expropriations. En conséquence, le Bloc québécois a déposé une motion identique à la Chambre des communes, mais les excuses ont été refusées au Québec par les libéraux fédéraux.

« Justin Trudeau doit s’excuser aux familles au nom du gouvernement du Canada. Ça ne réparera pas une erreur historique, mais 50 ans après avoir vu leurs maisons rasées par le gouvernement canadien, le moindre signe de considération serait le bienvenu pour les gens de la circonscription », a conclu M. Marcil, député de Mirabel.

Voici la motion déposée par le Bloc québécois : « Que cette chambre souligne le 50e anniversaire de l’expropriation des résidents de Mirabel; Que cette chambre demande que le gouvernement présente formellement et officiellement des excuses aux citoyens et citoyennes du Québec qui ont été expropriés en 1969 par le fédéral à l’occasion de la construction de l’aéroport de Mirabel ».