RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

Le Bloc réitère la demande du Québec d’un programme d’aide financière

LVA ,

Yves-François Banchet, chef du BQ

Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, et Gabriel Ste-Marie, porte-parole du parti en matière de finances, ont écrit au ministre canadien des Finances, Bill Morneau, pour demander la mise en place d’un programme de soutien au revenu pour les producteurs de viande touchés par la fermeture du marché chinois, comme le demande le gouvernement du Québec.

 

 

« Québec a demandé un programme de soutien pour les producteurs touchés, au premier chef nos producteurs de porc. Ils sont déjà en difficulté financière à cause du bas prix du porc sur le marché nord-américain alors il y a urgence d’agir. Nous réitérons la demande du Québec et réclamons le même soutien pour nos producteurs de porc qu’ont obtenu les producteurs de bœuf de l’Ouest quand ils en ont eu besoin », a déclaré M. Blanchet.

Le Bloc Québécois rappelle dans sa lettre que le gouvernement canadien avait mis en place un programme de soutien au revenu pour le bœuf lors de la crise de la vache folle en 2004. Il demande à Ottawa d’agir et de créer un programme adapté pour les producteurs touchés par la fermeture du marché chinois et notamment les producteurs de porc du Québec. Le Bloc Québécois rappelle que la plupart des producteurs québécois sont des entreprises familiales qui n’utilisent pas de ractopamine et qui ne méritent pas de payer le prix pour le laxisme du gouvernement fédéral dans ses inspections.

 « Le Québec n’a pas les moyens de s’offrir quatre autres années d’échecs commerciaux de Justin Trudeau. Lait, œufs, volaille, bois d’œuvre, métaux, culture et maintenant nos producteurs de porc : les marchés d’exportation et domestiques du Québec sont l’objet d’agressions pour arracher des avantages au Canada et Justin Trudeau n’a ni les compétences ni la volonté pour faire face aux États-Unis ou à la Chine. Le seul commerce que le Canada comprend, c’est celui du pétrole et les Québécois en paient le prix », a conclu Gabriel Ste-Marie.