RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Le Bas-Saint-Laurent se lève aussi contre La Financière

Yannick PATELLI ,

Nancy Bergeron

Après Saint-Pamphile et le Saguenay, une productrice du Bas-Saint-Laurent, Nancy Bergeron de la ferme Broutard des Appalaches a rejoint La Vie agricole pour manifester son désaccord avec La Financière agricole quant aux indemnisations liées à la sécheresse.

 

Choisir sa station météo, c’est un peu comme jouer à la loto !

« On est plusieurs dans la région comme pour la région de Saint-Pamphile à ne pas se satisfaire des réponses de la Financière agricole et j’ai déposé une plainte au Protecteur du citoyen. On n’ a appris récemment qu’on pouvait choisir sa station météo de référence pour recevoir les indemnités. Avant on était rattaché à une station météo qui appartient au ministère des Ressources naturelles dans un parc naturel et on s’entend qu’il n’y a pas d’agriculture dans un parc national. On était mal conseillé par notre représentant de La Financière, mais on s’entend que de toute façon choisir sa station météo c’est un peu comme jouer à la loto.»

L’UPA ne veut pas intervenir

L’UPA ne veut pas intervenir estime Mme Bergeron : « L’UPA ne veut pas rouvrir le dossier. Ils ont négocié des hausses pour les indemnisés au règlement de mars dernier et ne veulent pas bouger pour ceux qui n’ont pas été indemnisés.»

Nancy Bergeron, productrice de bœuf élevé à l’herbe à Esprit-Saint espère que le protecteur du citoyen entendra les appels des producteurs partout au Québec pour ramener un peu plus de logique dans les indemnisations suite aux sécheresses.