RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

La nouvelle religion

Yan TURMINE, agr. ,

Le végétarisme semble de plus en plus populaire, plusieurs se tournent vers des régimes végétariens pour toutes sortes de raisons. La viande ne semble plus avoir la cote dans nos régimes alimentaires occidentaux. Il n’y a pas si longtemps le rôti de bœuf était pratiquement le symbole de réussite sociale, particulièrement découpé au couteau électrique (il a fallu que j’explique à mes enfants qu’est-ce que c’était qu’un couteau électrique). Aujourd’hui un party barbecue tendance doit offrir des hamburgers végés.  Comme dans beaucoup de choses d'aujourd’hui, chaque tendance a ses extrémistes : les véganes et le végétarisme deviennent religion.

Les véganes et la dictature de la bouffe !

Le végétarisme est un choix bien personnel, un choix culturel rien de bien méchant que d’aimer plus les légumes que la viande, plusieurs sociétés sont d’ailleurs végétariennes. Et nos ancêtres mangeaient moins de viandes que nous. Cependant à écouter certains adeptes véganes, on dépasse le simple choix personnel, pour eux le végétarisme doit être le choix de tous, au nom du salut de nos âmes et de notre planète, une dictature de la bouffe! Manger de la viande est associé à un crime, et l’élevage est un désastre écologique.

Comme ils ne peuvent pas imposer leur loi, ils utilisent tous les moyens possibles pour faire avancer leur cause, incluant les fausses nouvelles et le harcèlement. L’objectif est de mettre de la pression afin de faire adopter des lois et règlements qui rendent la production et la consommation de produits animaux plus compliquées et ultimement interdire la consommation de viande. Leur base très militante (caractéristique de tout groupe extrémiste) leur permet de mener des opérations de contestation-choc. En Europe, on assiste de plus en plus à des opérations de libération d’animaux de ferme par la force. Ici on connait leur opération de montages vidéo chocs pris à l’insu des propriétaires, et dont le montage à la limite du truquage est essentiellement fait pour scandaliser.

L’agriculture durable a besoin de l’élevage

Un des grands arguments des anti-viandes est que la production de viande contribue à la détérioration du climat, une affirmation spectaculaire, mais qui est malheureusement loin de la réalité. L'agriculture durable a besoin d'élevages, car celui-ci permet le recyclage du carbone et d’autres nutriments, comme les engrais. 

Nos modèles de monoculture et de mono élevage ont atteint leurs limites, ils sont effectivement par l’aspect de concentration de la production, des sources de pollution. De prendre ce problème réel pour justifier l’élimination de l’élevage est un raccourci un peu simple! On pourrait selon la même logique bannir aussi la culture, c’est ridicule. 

Les solutions à la pollution agricole passeront par des systèmes de production systémique où les élevages et la polyculture se feront en symbiose. De tels systèmes existent déjà et sont très performants écologiquement.

Nos gouvernements commencent à s’inquiéter de tous ces mouvements extrémistes, qui par leurs actions à répétition contaminent les débats de société, polarisent les débats et menacent la démocratie. Le végétarisme est un choix bien personnel et il doit le rester, ce choix contribue d’ailleurs au bien-être de plusieurs personnes. Lorsque ce choix devient une religion, c'est une menace à notre liberté de choix!