RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Je suis la terre des Sœurs de la Charité



Monique Gagnon

Je suis la terre, je m’appelle la Terre des Sœurs de la Charité. Aujourd’hui, je prends la parole. J’ai une longue histoire; je porte le nom des bonnes religieuses qui se sont occupées de l’Hôpital St-Michel Archange à la demande du gouvernement québécois. Dès 1896, afin de nourrir les pensionnaires et le personnel, les Sœurs ont implanté une ferme qui a pris de l’expansion au fil des ans. L’hôpital a hébergé jusqu’à 5000 patients.

À l’époque, il n’y avait pas de médicaments pour soigner les maladies mentales; les sœurs ont eu recours à de nouvelles pratiques et ont introduit une thérapie occupationnelle dans l’exploitation de la ferme. Je suis certaine que j’ai contribué à améliorer la condition de nombreux malades grâce à l’apaisement que j’insuffle et aux activités au grand air que je permets. ‘Mes malades’ ont pu développer un sentiment d’utilité et parfois même y trouver une raison de vivre; ils participaient à l’autonomie alimentaire de cette ville-hôpital.

Durant la Révolution tranquille, l’état a pris le relais des soins hospitaliers. Les Sœurs ont continué d’opérer ‘ma ferme’ mais en la réorientant vers la production laitière. Par la suite, une fromagerie, de l’horticulture en serre des visites éducatives et même l’intégration à un réseau de recherche et d’enseignement avec stages. J’étais florissante!

Mais la complexité des exigences d’une production spécialisée a entraîné le démantèlement de ma ferme en 2007. Voilà une bien triste fin que la mienne, j’étais pourtant une pionnière avec ma ferme urbaine.

Sept ans plus tard, un monsieur important de Québec est devenu mon propriétaire, il m’a achetée. Il veut y construire une mini-ville où près de 20,000 résidents pourront rouler sur du pavé et cultiver du gazon…Une bien triste fin que la mienne.

Je me plais à rêver que ce bon monsieur puisse changer d’idée et que ma vocation nourricière, sociale et thérapeutique puisse m’être redonnée, on pourrait y ajouter des serres, un incubateur d’entreprises agricoles, un centre de recherche et d’enseignement…etc…

Je rêve de noblesse, le suis la terre, je suis la Terre des Sœurs de la Charité!

Par Monique Gagnon