RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

Les réalités financières du projet de retraite d'un agriculteur

Matt McIntosh (FCC/FAC) ,

De combien d’argent un agriculteur canadien a‑t‑il besoin à la retraite? Selon les spécialistes du financement agricole et du transfert d’entreprises agricoles, cela dépend principalement du mode de vie envisagé et de ce qu’on entend par sécurité financière. Pour obtenir un chiffre catégorique, toutefois, il faut créer un plan qui concilie les objectifs de retraite avec les réalités opérationnelles et les épargnes accumulées.

Objectifs réalistes

Brent VanParys, comptable et spécialiste du transfert d’entreprises de l’Ontario, indique que des facteurs liés au mode de vie, comme le lieu de résidence, les projets de voyage et la volonté de laisser des actifs aux successeurs, comptent parmi les facteurs les plus importants lorsqu’il s’agit de déterminer les besoins à la retraite.

Il est dans l’intérêt des propriétaires d’entreprises de mener un « exercice complet de planification financière » avec un conseiller digne de confiance afin d’avoir un aperçu de l’avenir compte tenu des réalités actuelles – et de déterminer la façon dont ils pourraient adapter leur mode de vie.

« Les producteurs devront peut-être changer leurs habitudes de vie ou redéfinir la notion de sécurité financière s’ils veulent combler toutes leurs attentes », dit M. VanParys.

L’élaboration d’un bon plan de retraite commence par le calcul des dépenses afin de déterminer le montant d’argent qui sera nécessaire chaque mois.

Colin Sabourin, conseiller en placements et planificateur financier de Winnipeg, indique que la création d’un bon plan commence par le calcul des dépenses afin de déterminer le niveau de revenu qui sera nécessaire chaque mois. Il s’agit ensuite d’examiner l’échéancier, de calculer les économies et de déterminer quelle somme il est encore possible d’accumuler.

Lorsque les attentes sont incompatibles avec les réalités financières, les producteurs peuvent reporter leur départ à la retraite, épargner plus d’argent ou trouver une nouvelle source de revenu, par exemple en optant pour un portefeuille de placements plus risqué.

« Seulement trois options s’offrent aux producteurs et ils ne peuvent pas toutes les choisir... Si aucune ne leur convient, ils doivent accepter le fait qu’ils n’atteindront pas leur objectif », dit M. Sabourin.

Examen détaillé des dépenses et des économies

Une planification rigoureuse est essentielle pour bien comprendre les besoins à la retraite. M. Sabourin indique que cet exercice permet à ses clients du secteur agricole de profiter de différents outils d’épargne, comme les comptes d’épargne libres d’impôt.

Les dépenses généralement assumées par l’exploitation agricole, comme l’eau et l’électricité, doivent aussi être prises en considération, dit Annessa Good, spécialiste du transfert des entreprises de FAC en Alberta. La responsabilité à l’égard de ces dépenses pourrait être transférée au producteur qui part à la retraite si, par exemple, celui‑ci déménage en ville ou dans une autre propriété à l’extérieur de la ferme.

Les dépenses ponctuelles associées à la retraite, comme les frais de déménagement, doivent aussi être prises en considération, ajoute Mme Good.

Considérations liées à la santé

MM. VanParys et Sabourin soulignent qu’il ne faut pas négliger les hausses potentielles des frais médicaux et autres revers de fortune.

« Et si vos revenus ne suivaient pas le rythme de l’inflation? Il est judicieux de formuler des projections pour déterminer comment la situation évoluera si les choses tournent mal », dit M. Sabourin.

« J’ai l’impression de toujours devoir convaincre les gens que leurs besoins financiers futurs seront les mêmes qu’aujourd’hui. Vous serez peut‑être moins actifs, mais vous ne serez peut‑être pas non plus en aussi bonne santé. »

Il est donc dans l’intérêt des producteurs de déterminer le revenu dont ils auront besoin à la retraite en rencontrant des experts financiers et des spécialistes du transfert d’entreprise. Ceux‑ci devraient aider les producteurs à élaborer un plan de retraite et à calculer leur revenu actuel et leurs économies. Cette information les aidera à mieux cerner leurs objectifs, leur capacité financière et leurs vulnérabilités.