RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Jean-Garon fédérateur du monde agricole

LVA ,

André Lamontagne et Judi Garon

C’est un 5 à 7 très particulier qui, le 12 novembre dernier, a attiré malgré la tempête de neige qui s’abattait sur la province de Québec, plusieurs personnalités du monde agricole, agroalimentaire et du monde des affaires à la « Maison blanche» de l’Institut Jean-Garon face au Musée des Beaux-arts du Québec (MNBAQ).

Dans l’après-midi s’était tenue au MNBAQ une réflexion sur l’avenir du zonage agricole et de l’occupation du territoire. L’activité était animée par le journaliste/agronome, Nicolas Mesly et six panélistes de grande qualité ont échangé et répondu aux questions de la salle.

Le panel a conquis l’auditoire par l’excellence de ses représentants : Jacques Demers (président FQM), Jacynthe Gagnon (présidente UPA Capitale nationale), Réjean Saint-Pierre (ex-commissaire CPTAQ), Patrick Mundler (professeur Université Laval), Bernard Vachon, (Géographe. Ph.D. ,Professeur honoraire  à L'UQAM) et Fernande Ouellet, (agricultrice alternative), propriétaire de la ferme, Rusé comme un canard.

Un 5 à 7 rassembleur

En soirée c’est donc dans les bureaux et studios de L’Institut Jean-Garon/GaronTV que se sont regroupés nombre d’acteurs et décideurs du monde agricole.

Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne est venu rencontrer les invités de l’Institut Jean-Garon. Il a échangé avec eux et a souligné l’importance des journées de réflexion telle qu’ organisées par l’Institut Jean-Garon.

Sur les photos publiées ci-joint, on peut reconnaitre entre autres: Suzy Loubier, vice-présidente aux affaires publiques et communication de Soleno; Luc Boivin, directeur général de la fromagerie Boivin; Judi Garon, la femme de Jean Garon; son frère, Emmanuel Garon; Michel Saint-Pierre, ancien sous-ministre en chef du MAPAQ; Guy Debailleul, ancien vice-doyen à la Faculté d’agriculture de l’Université Laval; Massimo Iezzoni, directeur général de la Communauté urbaine de Montréal; Jacynthe Gagnon, présidente de l’UPA de la Capitale-nationale déléguée à l’activité de l’Institut par le président de son syndicat; Jacques Cartier, président du Conseil des entrepreneurs agricoles; Maxime Laplante, président de l’Union paysanne; Jean Nobert, avocat et chroniqueur aux Mordus de politique etc.

La «Maison blanche» de l’Institut Jean-Garon a  été le lieu d’un échange fort pertinent entre divers membres aux orientations diverses pour l’agriculture du Québec. Seul un personnage comme Jean Garon a l’aura assez puissant même 5 ans après sa mort pour réunir tant de divergences d’opinions en ces lieux comme pour rappeler à tout un chacun que sa mémoire doit rester le moteur d’une agriculture puissante, riche et diversifiée.

 

Luc Boivin, Emmanuel Garon et André Lamontagne
Jacynthe Gagnon et Maxime Laplante
Suzy Loubier et Jacques Cartier
Massimo Iezzoni