RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Advertisement
Autosuffisance bandeau

Le gouvernement du Canada et ses partenaires investissent 18 M$ dans un domaine de recherche des plus importants: le microbiome

LVA ,

Grâce aux progrès technologiques des dix dernières années, il est désormais possible d’étudier le microbiome, c’est-à-dire l’ensemble des microbes — bactéries, virus et champignons — qui vivent sur et dans le corps humain. Les chercheurs souhaitent maintenant comprendre le rôle que joue le microbiome dans la santé et les maladies humaines afin d’améliorer la santé des Canadiens.

Aujourd’hui, l’honorable Patty Hajdu, ministre de la Santé du Canada, a annoncé un investissement de 18 millions de dollars sur cinq ans dans la recherche sur le microbiome. Ce financement permettra à sept équipes de recherche des quatre coins du pays d’étudier le microbiome afin de mieux comprendre son rôle dans l’asthme chez l’enfant, le cancer du col de l’utérus, le diabète, la maladie intestinale inflammatoire pédiatrique et la malnutrition maternelle.

L’investissement servira également à mettre sur pied une plateforme de recherche sur le microbiome à l’Université de Calgary, laquelle apportera aux équipes son expertise en matière de méthodologie, d’échantillonnage et d’analyse et mettra à leur disposition une large palette de microbes. Ces ressources partagées contribueront à stimuler et à normaliser la recherche nationale sur le microbiome.

Les fonds sont octroyés par le gouvernement du Canada, par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), en partenariat avec FRDJ Canada, Mitacs, l’Université de Calgary et Innovate Calgary.

 « Notre gouvernement connaît bien la pertinence d'investir dans la science et la recherche. Le Canada est un chef de file mondial de la recherche en santé, et cet investissement permettra une recherche de pointe sur le microbiome. Une meilleure compréhension des effets du microbiome sur la santé humaine nous aidera à assurer un avenir plus sain à tous les Canadiens. », a dit Patty Hajdu, ministre de la Santé