RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Projet de politique de souveraineté alimentaire : rassembleur et rafraîchissant selon l'UPA



Projet de politique de souveraineté alimentaire : rassembleur et rafraîchissant QUÉBEC, le 22 mars 2013 /CNW Telbec/ - L'Union des producteurs agricoles accueille très positivement le projet de politique de souveraineté alimentaire présenté aujourd'hui aux partenaires de la filière agroalimentaire, réunis en séance de travail à Québec. « Le projet est rassembleur et rafraîchissant. Les orientations retenues par le gouvernement sont fortement consensuelles et reprennent l'essentiel des attentes du monde agricole », a déclaré le président général de l'Union, M. Marcel Groleau.
Rappelons que le monde agricole attend depuis plusieurs années une politique permettant au secteur agroalimentaire de se positionner sur tous les marchés en prévision de la forte croissance démographique des prochaines décennies. Le projet de politique, tel que présenté aujourd'hui par le vice-premier ministre et ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, M. François Gendron, va en ce sens en misant sur l'identification et la présence accrue des produits de chez nous, l'occupation dynamique du territoire, la valorisation de notre potentiel bioalimentaire et le développement durable.
L'Union des producteurs agricoles avait des attentes particulières au niveau, notamment, de l'achat local et du contenu agricole québécois dans nos assiettes. Une place importante aux plans de développement sectoriels et aux plans de développements de la zone agricole (PDZA) était aussi souhaitée, ces outils favorisant fortement la croissance, la cohésion et la coordination des différentes productions. L'existence d'outils efficaces pour appuyer la gestion des risques dans tous les secteurs de production, offrant aux producteurs une plus grande stabilité ainsi qu'une meilleure protection de leurs activités, était aussi une priorité pour l'Union. Tout comme la protection de notre patrimoine agricole à la lumière, plus spécifiquement, des pressions constantes de l'étalement urbain et du phénomène croissant d'accaparement et de financiarisation des terres.
Pour le président général de l'Union, « Le gouvernement du Québec a misé sur les bons ingrédients pour favoriser l'atteinte de notre plein potentiel agroalimentaire. C'est donc avec confiance et entousiasme que nous participerons aux travaux de la nouvelle Table des partenaires, conformément à la démarche annoncée par le ministre ».
Source : Éliane Hamel Directrice, Service des communications Union des producteurs agricoles