RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Advertisement
Autosuffisance bandeau

Le député bloquiste Yves Perron se soucie des agriculteurs

LVA ,

Des députés du Bloc Québécois ont profité du retour en Chambre mercredi pour faire avancer plusieurs enjeux pour la population du Québec. Pour le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, « la collaboration apporte des gains, à la condition de demeurer vigilants. Cette fois-ci, les gains que nous avons obtenus auront des impacts positifs importants pour les étudiants, les aînés et les agriculteurs, a-t-il dit.

Yves Perron, député de Berthier-Maskinongé a profité de l’occasion pour faire valoir l’urgence des interventions nécessaires en agriculture. « Il faut améliorer les assurances récoltes pour sécuriser le milieu et assurer une production. Il y a toujours des problèmes administratifs dans le dossier des travailleurs étrangers et il faut intervenir pour soutenir les producteurs aux prises avec la réduction des capacités d’abattage, » affirme le député.

À la demande du Bloc Québécois, le comité parlementaire de l’agriculture a été mis en place pour permettre aux producteurs agricoles québécois de faire valoir leurs besoins dans le contexte de la pandémie précise le député Perron.  

De plus, précisent les bloquistes, nous nous sommes entendus avec le gouvernement pour qu’un soutien financier soit disponible pour les agriculteurs et à d’autres secteurs de l’économie, afin qu’ils puissent embaucher, notamment des étudiants : « Avec le rétablissement du comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire, il sera plus facile de faire avancer les dossiers prioritaires. Un soutien financier aux producteurs pour l’embauche de travailleurs c’est un début. », ajoute le porte-parole en matière d’agriculture, Yves Perron.

Le Bloc Québécois dit avoir obtenu un engagement du gouvernement pour que la nouvelle aide financière pour les étudiants soit ajustée afin de ne jamais pénaliser les personnes qui travaillent : « Le gouvernement a accepté notre demande afin qu’un étudiant ne perde pas l’ensemble de sa prestation s’il décide de travailler à temps plein. Ainsi, le soutien financier apporté devrait inciter à l’emploi en toute circonstance », souligne Yves Perron.

Photo fournie par le Bloc Québécois