RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Encore des exclus de l'UPA




par Jean-Pierre Lemieux
Encore des exclus de l'UPA, cette fois c'est tout un syndicat. Au Témiscamingue, le projet d'UPA du futur a rencontré une résistence. La Fédération de l'UPA d'Abitibi-Témiscamingue a exclu le Syndicat du secteur Est du Témiscamingue, une trentaine de membre. La décision a été prise le 21 février et est entrée en vigueur le 28.
On leur reproche « de ne pas avoir procédé à l'harmonisation de son territoire avec celui du Syndicat local de l'UPA du Témiscamingue, lequel couvre le territoire de la MRC de Témiscamingue ». Le syndicat ne respectait donc pas une résolution prise par le congrès général de l'UPA de décembre 2010.
Conséquences
Au cours d'une conversation téléphonique le président du syndicat M. Guy Lauzon a expliqué que la principale conséquence sera la perte du 9% des cotisations qu'il recevait pour la gestion du syndicat de base. Cependant les 28 membres du syndicat devront continuer de payer la cotisation de 316$ en plus du 53.86$ pour l'abattoir Levinoff-Colbex et autres frais car, en effet, vous n'êtes pas obligé d'être membre de l'UPA mais vous devez payer les cotisations.
« On nous consulte mais on n'a pas le droit de dire non. C'est le régime de la pensée unique ». M. Lauzon déplore le sort réservé aux syndicats de base « ce sont eux qui étaient au départ de l'UCC qui est devenu l'UPA ».
« Nous avons le droit de regarder ailleurs et c'est ce que nous ferons, nous allons rencontrer les gens du Conseil des entrepreneurs agricoles ». M. Lauzon ajoute qu'il a presque terminé une lettre qu'il compte adresser au ministre de l'Agriculture, M. François Gendron. Motifs
Les producteurs et productrices du secteur Est du Témiscamingue énumèrent une longue liste de motifs à leur « refus de fusion forcée ». Selon eux « la nouvelle structure s'éloigne encore davantage de la base et de ses champs d'intérêt, qu'il deviendra plus difficile, voir impossible, de faire valoir ses particularités et ses spécificités, qu'ils devront encore se soumettre à des politiques mur à mur, où la pensée unique règne déjà en maître, sans égards à ses revendications »
Les producteurs estiment qu'ils ont « d'autres préoccupations plus essentielles et fondamentales qu'une modification des structures de L'UPA et de son monopole syndical; que l'UPA devrait plutôt se consacrer aux préoccupations des producteurs ».
En réaffirmant son autonomie le syndicat « exige davantage de transparence, de démocratie et de respect » de la part de la fédération.
Décision
La fédération rejette ces arguments parce que « la modernisation de l'UPA (l'UPA du futur) fait suite à un long processus démocratique dans toutes les régions du Québec qui ultimement a fait l'objet d'un vote du congrès général de l'UPA, en décembre 2010 ».
« L'UPA du futur » c'est la transformation des syndicats de base en syndicats locaux et de l’harmoniser avec les territoires des MRC. Considérant les dérogations et que les diverses tentatives de rapprochement n'ont rien donné, la fédération estime que la position du syndicat est irréconciliable avec celle de la fédération.
À l'unanimité la fédération présidée par M. Sylvain Vachon, a prononcé la désaffiliation du Syndicat de l'UPA du secteur Est Témiscamingue.