RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Advertisement
Autosuffisance bandeau

La multiplication des silences dans le monde laitier !

Yannick PATELLI ,

Dominique Benoit

Suite au dépôt d’un mémoire à charge à son encontre par Saputo à la Régie des marchés agricoles et agroalimentaires (RMAAQ), La Vie agricole a demandé à la coopérative Agropur de réagir.

Jointe par téléphone à deux reprises, Diane Jubinville, Directeur Relations publiques et communications externes à qui nous avions demandé de nous obtenir une entrevue avec Dominique Benoit, Vice-président principal aux Affaires institutionnelles et communications, nous a écrit pour nous dire :

«Il nous sera difficile de pouvoir participer à la diffusion de La Quotidienne Agricole prochainement.  Comme vous le savez, beaucoup de discussions et d’adaptation sont en cours en raison de l’arrivée en force de l’entente commerciale ACÉUM.  Le gouvernement fédéral vient de rendre ses décisions quant à l’allocation des quotas d’importation et d’exportation. Par ailleurs, nous sommes encore à évaluer les impacts de la croissance des importations sur le marché canadien. En bref, il y a encore beaucoup de travail à faire et nous n’avons pas encore mesuré tous les impacts sur Agropur et le secteur laitier.  Nous y sommes présentement affairés, toujours au surplus dans un contexte de pandémie.»

Du côté de Saputo on ne semble pas vouloir parler avant les présentations devant la Régie des marchés le 2 juillet prochain, c’est du moins ce que nous a répondu Julie Paquin, directrice des affaires gouvernementales.

Même réaction au Conseil industriel laitier, où le directeur général Charles Langlois a lui aussi décidé de ne pas s’exprimer.

On ne pourra pas dire que le monde laitier fait preuve d’une communication très ouverte. Finalement les mémoires déposés par les uns et les autres, Saputo Inc, Agropur, CILQ, PLQ etc nous en apprennent beaucoup plus sur l’imbroglio du monde laitier que ce que les différents intervenants sont prêts à en dire.

Un leadership est nécessaire, mais qui osera le prendre ?