RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Cultiver le savoir culinaire à l'école



MONTRÉAL, le 20 févr. 2013 /CNW Telbec/ - Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) ont présenté aujourd'hui, sur le thème Cultiver le savoir culinaire à l'école. Ensemble partageons nos recettes, leur 6journée-conférence, qui a réuni environ 300 intervenants et professionnels de la santé travaillant en milieu scolaire.

Animée de main de maître par Marie Marquis, Ph. D., Dt.P, professeure titulaire au Département de nutrition de l'Université de Montréal, la journée-conférence a permis d'explorer les avantages de l'acquisition de compétences culinaires et le rôle des différents intervenants, tout en mettant de l'avant des approches concrètes. Le contenu du rapport de Santé Canada, Amélioration des compétences culinaires : aperçu des pratiques prometteuses au Canadaet à l'étranger, a également été présenté et discuté.

Le manque de temps nuirait aux saines habitudes alimentaires
Les contraintes de temps semblent avoir une incidence sur les habitudes alimentaires des Canadiens. Une étude réalisée par les Diététistes du Canada auprès d'environ 4 000 répondants révèle que 30 % des Canadiens trouvent qu'ils n'ont pas suffisamment de temps pour préparer des repas nutritifs1. Les autres raisons invoquées pour ne pas cuisiner sont le manque d'énergie (26 %), d'idées (23 %), de planification (17 %) et d'habiletés en cuisine (3 %).

Quant aux familles, cuisiner semble être un bien grand mot. De plus en plus de gens appartenant à tous les sous-groupes de la population achètent, assemblent et consomment des aliments transformés, pré-préparés ou prêts-à-servir sur une base quotidienne2. La normalisation de la consommation de ces types d'aliments est accompagnée d'un manque potentiel de transmission des compétences de base à partir d'ingrédients de base entre les parents et les enfants. On sait qu'il s'agissait du principal mode d'acquisition des compétences culinaires dans le passé. L'industrie alimentaire a donc sauté sur l'occasion et mis au point une variété de produits prêts-à-manger.

La transmission du savoir culinaire aux enfants : un atout majeur pour le développement de saines habitudes alimentaires
Au cœur de cette réalité et de ces statistiques : les enfants. Ceux-ci sont d'ailleurs nombreux à avoir de la difficulté à suivre les recommandations du Guide alimentaire canadien. C'est pourquoi le savoir culinaire devient un incontournable dans l'acquisition de saines habitudes alimentaires. Les études démontrent en effet que l'enfant qui a appris à cuisiner aura tendance, plus tard, à se concocter lui-même des mets équilibrés plutôt que de prendre ses repas au restaurant3. Or, cette habitude aura des répercussions positives sur son alimentation4, ce qui n'est pas étonnant, puisque les repas servis au restaurant comportent généralement peu de légumes, de fruits et de produits laitiers. Faire participer les enfants à la cuisine, c'est non seulement leur faire découvrir de nouveaux aliments5, mais également la fierté que procure la confection d'un plat, qu'ils seront d'ailleurs plus tentés de goûter.

« Les enfants passent une grande partie de leur temps à l'école. Le milieu scolaire est donc un point de départ tout aussi important que la maison pour le développement de compétences culinaires. Des tâches aussi simples que manipuler, sentir et toucher peuvent sensibiliser les jeunes à la saine alimentation. De plus, la réalisation de recettes permet de développer leurs habiletés, leur estime de soi et leur sens des responsabilités. C'est pourquoi les PLC sont à l'origine de plusieurs initiatives favorisant l'apprentissage et le transfert des compétences culinaires en milieu scolaire. Qu'on se le dise : apprendre à cuisiner dès l'enfance est un petit geste qui sera d'une grande utilité lorsque l'enfant sera grand », explique Julie Paquette, porte-parole de cette 6journée-conférence des PLC.

La conférence s'est déroulée, entre autres, avec la participation de Christina Blais, M. Sc., Dt.P., responsable de la formation clinique et chargée de cours au Département de nutrition de l'Université de Montréal, de Nathalie Jobin, Ph. D., Dt.P., codirectrice de Nutrium, le portail de services en nutrition du Département de nutrition de l'Université de Montréal, et de Nancy Geronazzo, Dt.P., conseillère en nutrition pour Santé Canada.

À propos des Producteurs laitiers du Canada
Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) participent à plusieurs initiatives destinées à promouvoir une alimentation saine et équilibrée. L'équipe des diététistes des Producteurs laitiers du Canada a comme mandat de comprendre les données scientifiques sur l'alimentation et de les rendre accessibles par l'entremise de différentes ressources pratiques et innovatrices. L'organisation est entièrement financée par les producteurs laitiers. Pour de plus amples renseignements, visitez le http://educationnutrition.org/.

_________________________________________________

  1. Extenso, le Centre de référence en nutrition de l'Université de Montréal. [En ligne], 2011  [http://www.extenso.org/article/cuisinez-en-famille-pour-le-plaisir-et-la-sante/].
  2. Santé Canada. Amélioration des compétences culinaires : Aperçu des pratiques prometteuses au Canada et à l'étranger Études de cas, [En ligne], 2010, p.93. [http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/alt_formats/pdf/nutrition/child-enfant/cfps-acc-profil-apercu-fra.pdf].
  3. Wrieden WL et coll. The impact of a community-based food skills intervention on cooking confidence, food preparation methods and dietary choices - an exploratory trial. Public Health Nutr 2007 Feb; 10(2):203-11.
  4. Larson NI et coll. Food preparation by young adults is associated with better diet quality. J Am Diet Assoc 2006 Dec; 106(12):2001-7.
  5. SANTÉ CANADA. Bien manger avec le Guide alimentaire canadien : ressource à l'intention des éducateurs et communicateurs, [En ligne], 2007, p.40. [http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/alt_formats/hpfb-dgpsa/pdf/pubs/res-educat-fra.pdf].

SOURCE : Les Producteurs laitiers du Canada (PLC)