RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Levinoff-Colbex: le comité de transparence montre des documents troublants




par Jean-Pierre Lemieux
Un ménage s'impose à la Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ) et le comité de transparence mis sur pied en juin dernier est prêt à faire appel à la Régie des marchés agricoles ou à la Sûreté du Québec pour le faire. « De nombreuses allégations ont été portées à notre attention concernant la mise en marché des bovins de réforme, elles supposent le non respect des règlements de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec, voir même des pratiques illégales. »
Ce comité a mis en place une ligne confidentielle (1-855-223-3232) pour recueillir des informations sur « le double prix, des malversations, la vente de viande au noir, etc. » Au cours d'une entrevue mardi dernier MM Claude Saint-Denis (CMMBR-St-Hyacinthe) et Jean-Louis Tinant (CMMBR-St-Jean-Valleyfield) ont fait le bilan des appels reçus.
M Saint-Denis a indiqué avoir reçu une quinzaine d'appels de plusieurs ex-employés de l’abattoir qui parlaient de ce qui se passait sur place. Ils ont aussi reçu des documents qu'ils qualifient de « troublants ».
« De la part de notre fédération on a aucun support, aucune compréhension, aucune ressource ». M. Saint-Denis insiste pour que les ex-employés de l'abattoir se servent de cette ligne confidentielle.
Les documents dont La Vie agricole a pu prendre connaissance mardi dernier ont été transmis à la fédération. Selon M. Saint-Denis « c'est pas normal d'avoir ces papiers dans nos mains et que la fédération de réagit pas ».
Pour sa part M. Jean-Louis Tinant a indiqué avoir contacté la Sûreté du Québec il y a plusieurs mois mais la démarche est restée sans résultat. C'est pour ça qu'il songe à interpeller la Régie des marchés agricoles.
Documents
Voici un tableau préparé par La Vie agricole à partir des documents consultés. Dans ce tableau le poids est exprimé en livre-carcasse et les prix sont ceux en vigueur durant la première semaine de février 2012. L’abattoir a été fermé en mai dernier.

Ce tableau montre les prix obtenus pour six animaux. C'est un document manuscrit rédigé à l'arrivée du chargement. L'animal (identifié par seulement les quatre derniers chiffres pour protéger l'anonymat du propriétaire) est classé. Le tableau montre que trois sont classés 4 et devraient être payés à 1.36$ la livre, deux sont classés 5 (1.24$) et un seul animal classé 9, la plus basse catégorie.
Mais au lieu de payer ces prix quelqu'un propose de payer les animaux à un prix uniforme à 1.38$ ce qui a pour effet que l'abattoir aurait payé 4 120.68$ pour ce chargement soit 262.41$ de plus que les prix par classes.
Si un animal dans le lot avait été classé 2, à 1.40$ le propriétaire aurait reçu moins que sa valeur ou, fort probablement le prix « moyen » aurait été majoré et le propriétaire de l’animal classé 9 aurait eu encore plus.
Si ces données sont exactes c'est certainement troublant mais attention avant de parler de fraude, de collusion ou d'utiliser tout autres mots chargés d'accusation. En effet nous n'avons eu qu'un seul document. Est-ce un incident isolé ou la pointe de l’iceberg ? Est-ce que quelqu'un a profité de ce « stratagème »? Y-a-t-il des chèques avec ces montants? L'abattoir a-t-il vraiment payé ces prix? Et à qui? Est-ce que des membres de la fédération siégeant au conseil d’administration de l’abattoir étaient au courant de cette pratique?
Les membres du comité de transparence réclament une enquête indépendante qui pourrait faire la lumière.