RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Dictature du silence à l'UPA



COMMUNIQUÉ - SHERBROOKE, QC, le 1er nov. 2012 /CNW Telbec/ - L'Association de défense des producteurs de bovins (ci-après : « Association ») a déposé hier une demande d'annulation d'une décision du Comité de déontologie de la Fédération des producteurs de bovins du Québec (ci-après : « Fédération ») qui expulse (7) sept de ses membres élus valablement et démocratiquement comme administrateurs de la Fédération.
Ce n'est pas la première fois que la Fédération tente d'imposer une dictature du silence dans ses rangs. Dans un dossier récent, et similaire au dossier de l'abattoir Levinoff-Colbex, soit le dossier de l'abattoir Zenon-Bilette, la Fédération avait expulsé, un de ses élus, monsieur Germain Lalumière puisque ce dernier avait demandé une enquête à la Régie sur la gestion de l'abattoir par la Fédération.
La Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (ci-après : « Régie ») avait par la suite cassé et annulé cette expulsion, notamment, puisque celle-ci n'était « aucunement » raisonnable.
Il importe de préciser que l'Association se veut l'Ombudsman des producteurs auprès de la Fédération. Par ailleurs, les deux entités sont constituées des mêmes membres et elles exercent la même mission, soit la défense et la représentation des intérêts des producteurs de bovins.
La mise en place d'une association de défense des producteurs de bovins s'est avérée essentielle compte tenu de la manière de la Fédération de se gouverner dans le dossier de l'abattoir Levinoff-Colbex.
Par ailleurs, l'Association est toujours en attente d'un suivi de la Régie eu égard à la demande d'enquête qu'elle a déposée au sujet de l'utilisation des contributions des producteurs pour les fins personnelles des administrateurs de la Fédération.
Une séance publique devrait toutefois être tenue les 27 et 30 novembre 2012, afin que la Régie se penche sur une demande, urgente et prioritaire, de suspension des pouvoirs de perceptions des contributions par la Fédération. Un avis à cet effet sera publié sous peu dans La Terre de chez nous.
Enfin, l'Association entend contester les factures 2012 pour le financement de Levinoff-Colbex, et ce, notamment, alors que l'abattoir est toujours sous séquestre et que la Fédération se fera rembourser avant les salariés de Levinoff-Colbex.
SOURCE : Association de défense des producteurs de bovins