RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Où ira l’avenir du secteur agro-alimentaire au Québec?~ Jean Garon



Ce que les libéraux avaient appelé la première politique agro ou bioalimentaire du Québec ne verra jamais le jour. C’était une première politique bioalimentaire du Québec à gogos. Pendant des années, le gouvernement libéral a menti car cette première politique bioalimentaire du Québec par les libéraux n’a jamais existé et n’a jamais été adoptée par le gouvernement. Ce que je trouvais triste, c’était de lire la Terre de Chez Nous annoncer cette première politique alimentaire du Québec par les libéraux. Mais on ne parlait jamais du contenu parce qu’on en était incapable puisqu’elle n’existait pas.
De plus, la Terre de Chez Nous ne demandait jamais de comptes au ministre de l’agriculture du Québec mais force est de constater que cette politique libérale ne fera pas des enfants forts. Il faudra que la Terre de Chez Nous nous dise ce qu’elle connaissait du contenu de cette pseudo- première politique agricole du gouvernement libéral car pour y référer régulièrement comme elle le faisait, elle doit avoir pris connaissance de quelque chose, de quelque document... si non ce serait induire ses lecteurs en erreur...comme si cette politique existait alors qu’elle n’existe pas.
Maintenant, c’est le nouveau ministre de l’agriculture, des pêches et de l’alimentation, M. François Gendron qui aura la tâche de faire et de dire quelles seront les orientations du nouveau gouvernement qui sera forcément temporaire parce que minoritaire. Le nouveau ministre devra s’activer rapidement pour avoir le temps d’élaborer ce que sera la politique agro-alimentaire du nouveau gouvernement du Parti Québécois. Il y a de grandes chances que le temps du budget 2012-2013 arrive en premier.
Depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, les nouvelles concernant l’agro-alimentaire vont dans la même direction sur tous les continents, en Europe, en Asie, comme aux États-Unis et au Canada: les budgets dévolus à l’agro-alimentaire vont partout en diminuant. Et, ici au Québec, le gouvernement ne roulera pas sur l’or et devra faire des efforts considérables pour réussir à atteindre l‘équilibre budgétaire en 2013-2014.
Il ne pourra pas augmenter les taxes rétroactivement comme il a voulu le faire et il devra réduire ses dépenses aussi pour réussir à faire un budget équilibré.
Dans ce contexte difficile, il faudra que chaque rouage de la société joue son rôle et fasse connaitre sa vision du développement agro-alimentaire mais surtout quelle sera sa contribution pour atteindre les objectifs désirés.
Comme de nombreux élus du gouvernement proviennent des différentes régions du Québec (Abitibi, Saguenay-Lac St-Jean, Bas St-Laurent-Gaspésie, Côte-Nord, Montérégie, etc.) qui ont un caractère rural important, on est en droit de penser que leurs préoccupations agro-alimentaires vont s’exprimer au caucus des députés et se refléter au Conseil des ministres. Souhaitons qu’ils agissent rapidement car il est évident que ce gouvernement minoritaire ne durera pas longtemps.
Pour rejoindre Jean Garon: jeanrgaron@videotron.ca