RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Accréditation syndicale : ``Une adhésion consentante et non imposée !``dit Facal



Par Gérard Samet et Yannick Patelli

 

LVA : Que pensez-vous du dossier du gaz de schiste au Québec, de son exploitation éventuelle et du moratoire que veut imposer le gouvernement Marois?

Joseph Facal : Le moratoire se défend comme mesure temporaire, le temps de documenter la question sereinement. Quand on aura plus d'informations, on prendra une décision éclairée en toute connaissance de cause. Mais il ne serait pas sage de décréter un moratoire permanent et pour toujours à ce stade-ci. Gardons-nous des options.

LVA : Pensez-vous que la fin du nucléaire tel que souhaité par le gouvernement Marois est la solution pour le Québec et son développement énergétique?

JF : Le nucléaire ne fournit qu'une minuscule partie de l'énergie au Québec. C'est donc un enjeu de sécurité et non d'approvisionnement. L'essentiel est d'exploiter intelligemment nos ressources naturelles, de changer nos habitudes progressivement et de réduire notre dépendance envers l'étranger.

LVA :  Croyez-vous que l’accréditation syndicale unique est ce qui sert le mieux les agriculteurs du Québec aujourd’hui?

JF : Je n'ai pas de problème avec l'accréditation unique si c'est ce que le milieu agricole veut. Mais il faut lui poser la question, le laisser voter librement et que ce processus soit renouvelé périodiquement. Bref, une adhésion consentante et non imposée.

LVA :  Quelles sont vos perceptions personnelles du nouveau gouvernement en général et face aux défis de l’agriculture en particulier?

JF : Pendant la campagne électorale, on a peu parlé d'agriculture. Laissons aller le gouvernement et jugeons-le à l'usage. Mais François Gendron est un homme sage pour qui j'ai un immense respect.