RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Des sommités réunies autour d’un même enjeu : nourrir le monde



Entre le 17 et 21 septembre se réunissent, à Québec, les leaders des milieux scientifiques, économiques, politiques et professionnels touchés par le défi de nourrir le monde; ceci sur fond de crise alimentaire appréhendée. Ces décideurs, d’ici et d’ailleurs, rassemblés dans le cadre du Congrès mondial des agronomes 2012, présenteront à la fois des états de situation, des pistes de réflexion et de solutions. Ce sont cinq jours d’ébullition qui attendent les participants à cet événement ouvert à tous.
« Le contexte actuel est malheureux, mais en même temps il provoque une prise de conscience : la place et le rôle de l’aliment dans nos sociétés. Son accessibilité, ses méthodes de production, son impact économique et politique de même que l’utilisation des ressources naturelles nécessaires à sa production sont autant d’éléments dont il est crucial de discuter maintenant. L’heure est au choix dans bien des domaines et pour faire les meilleurs possible, une réflexion large est nécessaire », explique Michel Saint-Pierre, agronome et président du Congrès mondial des agronomes 2012. Pour preuve de la pertinence de cet événement, en 2008 alors que l’Ordre des agronomes du Québec soumettait sa candidature afin d’être l’hôte de ce 5e congrès mondial, sévissait une première grande crise alimentaire mondiale… Quatre ans plus tard, une seconde est à nos portes.
« Ce congrès est une extraordinaire occasion d’amorcer une collaboration essentielle entre les professionnels d’horizons divers afin de proposer des solutions réalistes et durables au plus grand défi que pose le 21e siècle qui est de nourrir notre monde. Ce rassemblement unique dans l’histoire du milieu agronomique du Québec – milieu directement interpellé par le défi de la production alimentaire — appelle toutes les forces vives de la société à se concerter : du consommateur au professionnel », souligne René Mongeau, agronome et président de l’Ordre des agronomes du Québec. Tenu aux quatre ans, le Congrès mondial des agronomes se déroule cette fois-ci pour la première fois en pays francophone et nordique. Près de 1 000 congressistes sont attendus.
Source : Johanne Dufour