RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

La Coalition pour la souveraineté alimentaire a cinq ans



LONGUEUIL, QC, le 7 sept. 2012 /CNW Telbec/ - La Coalition pour la souveraineté alimentaire profite du 5ième anniversaire de la déclaration «Pour un contrat social renouvelé sur la base de la souveraineté alimentaire» (http://www.nourrirnotremonde.org/ScriptorWeb/scripto.asp?resultat=151028), adoptée le 7 septembre 2007, pour féliciter les élus, mais aussi les candidats de toutes les formations politiques qui ont combattu le cynisme le temps d'une campagne électorale, et tous les québécois qui se sont rendu nombreux aux urnes. Trois jours après les élections québécoises, il importe de rappeler aux 125 parlementaires de l'Assemblée nationale nouvellement élus, qu'il y a 5 ans, 42 organisations de la société civile québécoise et canadienne convenaient d'une déclaration revendiquant un statut particulier pour les aliments et l'agriculture sur le plan du commerce et pour l'adoption d'une politique agricole et alimentaire fondée sur ce concept.
Ce statut particulier pour les aliments et l'agriculture permettrait aux États du monde et à nos propres gouvernements d'adopter plus librement des politiques agricoles et alimentaires porteuses d'universalité, de durabilité et de solidarité. Par souveraineté alimentaire, on entend justement le droit des peuples à définir et adopter leur politique alimentaire et agricole. Cette idée s'oppose à celle selon laquelle le marché et les choix individuels seraient suffisants pour assurer les droits à l'alimentation, aux revenus agricoles et salaires décents ou le droit à la santé et à la sécurité alimentaire.
La Coalition compte aujourd'hui plus de 85 organisations et réseaux québécois et canadiens, citoyens, syndicaux, agricoles, environnementaux, coopératifs, en sécurité alimentaire, ou professionnels. «Nous offrons tout notre soutien au gouvernement du Québec et à la première ministre Mme Pauline Marois, en vue de la définition et de l'adoption d'une politique québécoise de souveraineté alimentaire, comme s'y est engagé le Parti Québécois à plusieurs reprises pendant la campagne électorale. Cette politique doit comporter notamment la création d'un secrétariat à la singularité ou à la diversité alimentaire et agricole, inspiré du secrétariat à la diversité culturelle» mentionnent aujourd'hui les co-présidents de la Coalition, M. Marcel Groleau, aussi président de l'UPA et M. Jean-Paul Faniel, aussi directeur de la Table de concertation sur la faim et le développement social du Montréal Métropolitain.
Renseignements : Frédéric Paré, coordonnateur Coalition pour la souveraineté alimentaire / Food Sovereignty Coalition