RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L'agriculture n'est pas faite par l'UPA mais par les agriculteurs




par Jean-Pierre Lemieux
Collaboration spéciale
« L'agriculture n'est pas faite par l'UPA, elle est faite par les agriculteurs ». Le syndicat devrait défendre uniquement l'intérêt des producteurs. « Quand le syndicat devient gestionnaire de la mise en marché il a un deuxième rôle » et cela a un impact sur les producteurs.
Au cours d'une entrevue, le président de l'Association de défense des producteurs de bovins (ADPBQ), M. Adrien Breault, a de nouveau mis en cause le rôle de l'UPA et de son statut de représentant unique. Dans le cas de la requête contre la Fédération des producteurs de bovins M. Breault écrivait : « Il n’est donc pas surprenant que de plus en plus de producteurs se mobilisent au sein de petits groupes et d’organismes afin de contester le monopole de l’UPA. ».
M. Breault a aussi rappelé le cas de l'abattoir Levinoff-Colbex qui n'a toujours pas été réglé mais a perdu tout espoir de récupérer les millions engloutis par les producteurs. « On nous avait fait peur avec l'effondrement des prix si l'abattoir fermait mais c'est le contraire qui s'est produit ».
Prix à la baisse
Présentement des prix sont un peu à la baisse mais cela n'a rien à voir avec la fermeture de l'abattoir. « Le prix est tombé à cause de la sécheresse aux États-Unis. Le prix de la nourriture étant trop élevés les producteurs préfèrent vendre leur bétail ».
M. Gilbert Corbeil, un producteur de la région de Mirabel, prédit que les prix vont augmenter dans quelques mois car il va y avoir une rareté à cause de la situation actuelle. « Les gens ne changent pas leur consommation aussi facilement, ils se réajustent temporairement mais la demande va s'accroître et fera augmenter les prix ».
Revendications
« Encore une fois c'est à nous en tant que producteur de prendre notre destinée en main ». M. Breault ajoute : « On veut pas la mort de l'UPA, on sait bien que l'UPA c'est une grosse machine, elle est là et elle va rester là mais on veut que les producteurs aient le choix ».