RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Charest sur une ferme pour parler de transfert



par Michel Chassé
De passage à Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud, plus précisément à la Ferme A.R. Boulet Inc., M. Jean Charest a annoncé qu'il s'engageait à créer le Fonds Ambition Québec pour permettre un meilleur rayonnement du Québec à l'extérieur, à réaliser une offensive pour attirer des investissements étrangers dans la province et enfin à favoriser le transfert familial d'entreprises.
Bénéficiant d'une capitalisation d'un milliard$ provenant, à parts égales, du gouvernement québécois et d'Investissement Québec, ce nouveau fonds servira à financer les acquisitions étrangères faites par nos entreprises. Les sociétés d'investissement en capital privé et les fonds des travailleurs pourront contribuer à ce fonds.
Famille
Pour favoriser le transfert familial d'entreprise, le premier ministre affirme qu'un gouvernement libéral permettra aux propriétaires de PME québécoises qui vendent leur entreprise à un membre de leur famille de bénéficier de l'exonération fiscale d'impôt des gains en capital de 750 000$ qui s'applique normalement lors de la vente à un tiers. Dans le secteur agricole, cette exonération fiscale d'impôt sur les gains en capital atteindra 1 million$ s'il s'agit d'un transfert familial.
Choix de société
Interrogé sur l'actuelle campagne, M. Charest affirme recevoir un accueil franc des gens là où il passe: «Cette campagne est très différente parce qu'elle porte sur des valeurs et des choix de société. Les Québécois ne veulent être gouvernés par la rue. Ils veulent un gouvernement qui se tient debout et qui s'occupe d'économie et d'emploi». «Si elle est élue, Mme Marois va dépenser des fonds publics pour organiser un référendum. Quant à M. Legault, plus la campagne avance, plus il annonce ses couleurs: lui qui devait faire le ménage, voilà qu'il a déjà pris pour 4,5 milliards$ d'engagement après seulement 13 jours de campagne. Et en plus, il ne travaille pas pour l'emploi, mais pour le chômage: il veut mettre à pied 4 000 personnes chez Hydro-Québec! J'ignorais qu'il y avait 4 000 personnes qui ne faisaient rien chez Hydro-Québec» d'ironiser le chef libéral.