RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

FCEI: Le gouvernement du Québec fera-t-il valoir les priorités des entrepreneurs agricoles?



MONTRÉAL, le 11 juill. 2012 /CNW Telbec/ - Alors que se tiennent des discussions entre le gouvernement du Canada et ceux des provinces au sujet de l'accord multilatéral pour l'agriculture du Canada, Cultivons l'avenir 2, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) souhaite vivement que les gouvernements des provinces, y compris celui du Québec, fassent la promotion des priorités des entrepreneurs agricoles dans le cadre de son élaboration. Un récent sondage de la FCEI à ce sujet illustre que l'allègement réglementaire (72 %), la réduction du fardeau fiscal (68 %) et l'accroissement de l'accès des produits agricoles canadiens aux marchés (66 %) sont trois des principales priorités des entrepreneurs agricoles.
« Devant l'important défi de la relève agricole que nous ferons face d'ici dix ans, le moment est venu de tout mettre en place pour stimuler ce secteur névralgique de notre économie et, ainsi, encourager les nouveaux entrepreneurs à s'y investir. L'avenir du secteur agricole au Canada dépend d'une série de facteurs externes pour lesquels la capacité d'intervention gouvernementale est ténue. Le fardeau réglementaire et fiscal touchant les agriculteurs ainsi que l'accroissement des produits agricoles canadiens aux marchés sont du ressort des gouvernements et il est donc possible d'agir », a déclaré M. François Vincent, analyste principal des politiques à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.
Près de 40 % des répondants au sondage estiment inefficace le programme actuellement en cours Cultivons l'avenir, tandis que 33 % ignorent dans quelle mesure il a été efficace. « Il y a matière à bonification du prochain accord si les ministres de l'Agriculture souhaitent répondre aux besoins exprimés par les clientèles visées. Le prochain plan, en état d'élaboration, devra soutenir l'avenir agricole et encourager la croissance des exploitations agricoles. S'attaquer à la réduction de la paperasserie dont les agriculteurs font face, alléger leur fardeau fiscal comme en augmentant l'exonération cumulative des gains en capital et améliorer l'accès aux marchés pour les produits d'ici sont des éléments-clés à une politique agricole qui portera ses fruits», a indiqué M. Vincent.
Le rapport de la FCEI Pour un secteur agricole plus compétitif : les points de vue des membres agriculteurs de la FCEI sur le cadre « Cultivons l'avenir 2 » est disponible sur le site Web de la FCEI (www.fcei.ca).
La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) représente les intérêts des PME auprès des gouvernements. Elle regroupe 109 000 PME au Canada dont 24 000 au Québec. La FCEI est non partisane et son financement provient uniquement de l'adhésion de ses membres. (www.fcei.ca)
Renseignements : Marie Vaillant Directrice des communications