RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Tout va bien monsieur le ministre!



par Yan Turmine
Au cours des derniers mois, plusieurs banques ont dit que le secteur agricole offrait des perspectives économiques intéressantes. Plusieurs économistes disent la même chose. L’agriculture intéresse beaucoup, un peu comme l’immobilier. Le ministre de l’Agriculture ainsi que d’autres acteurs du milieu agricole lancent d’ailleurs un appel afin que l’on projette une image positive de notre agriculture, afin de favoriser la vocation agricole chez nos jeunes et nos citoyens.
Le monde agricole dans les prochaines décennies devra répondre à une croissance de la demande comme il n’a jamais été confronté dans son histoire. Cette demande sera générée par plusieurs facteurs, en voici quelques-uns :
- une population mondiale qui atteindra possiblement le 9 milliards d’habitants d’ici quelques décennies.
- L’Asie (plus de la moitié de la planète) qui se développe et qui consommera plus de viande, plus de produits fins.
- La pêche, la chasse et les systèmes de cueillette qui sont pour la plupart en déclin, voir même menacés de disparaitre. Ces systèmes seront remplacés par l’élevage, et l’agriculture de nouvelles espèces animales ou végétales.
- le secteur énergétique qui voit en l’agriculture un formidable fournisseur de matières premières pour produire de l’énergie (biocarburant).
Cette demande stimulera la mise en production des terres agricoles non utilisées (contrairement à la croyance, il y en a beaucoup). Souvent ces terres disponibles présentent des contraintes qui demanderont des investissements importants pour les exploiter. De meilleurs prix agricoles permettront de justifier ces investissements, un peu comme le pétrole, avec un baril à 100 dollars tu peux te permettre d’aller chercher plus loin. La demande stimulera aussi la recherche et la mise en place de nouvelles technologies afin de produire plus avec ce que l’on a. On verra apparaitre de nouvelles plantes, de nouvelles variétés, de nouveaux élevages et de nouvelles façons d’élever. L’agriculture représentera des défis intéressants pour ceux qui voudront les relever. De plus nous sommes chanceux, le Québec possède un potentiel agricole important. D’une part par son historique, on ne part pas de zéro, on a une infrastructure agricole existante et performante. D’autre part, on a des terres agricoles non exploitées ou mal exploitées en quantité.
Cette croissance entrainera certains problèmes qui pourraient à terme la limiter, voir la détruire. La spéculation, les problèmes environnementaux et sociaux seront au rendez-vous. Il est bon de voir nos banques s’intéresser à l’agriculture, moins bon de les voir spéculer sur des terres au Lac St-Jean. Afin d’éviter des troubles sociaux il faudra que le développement ne soit pas le fait que de grandes corporations. Les gens des régions devront être aussi des agents de développement.
À ce titre, l’intégration rapide de plusieurs productions par des grands groupes est inquiétante. Les projets de développement devront être encadrés par des lois et règlements qui permettent un développement durable, un équilibre entre le n’importe quoi d’entrepreneurs trop gourmands et le zèle de fonctionnaires fanatiques de l’environnement.
Il est du rôle du gouvernement d’encadrer et de stimuler ce développement par des lois, des règlements et des programmes de soutien. La plupart de nos lois et règlements en matière agricole ont été mis en place il y a environ 30 ans. Ils ont permis à l’agriculture du Québec de l’époque de se distinguer au Canada. Et à travers le monde, on est passé d’une province à la recherche de son auto suffisance à un exportateur important de produits agricoles. Cependant ces lois doivent être modifiées, reformées afin de répondre aux nouveaux défis. Le cadre légal et réglementaire de nos institutions comme la financière agricole ou les assurances agricoles leur permettent-ils de lutter contre la spéculation, d’encourager la ferme familiale à développer son terroir? Faut-il de nouveaux programmes, notamment en recherche et développement, faut-il en éliminer ?
Le gouvernement du Québec par son livre vert semblait vouloir s’attaquer à ces questions. Actuellement on a l’impression que l’on est plus préoccupé à ne pas faire de bruit, à clamer que tout est beau qu’à se lancer dans de grandes réformes qui traceront notre avenir. Espérons que cette impression est fausse, et que notre gouvernement s’active à nous préparer un fabuleux avenir. C’est peut-être pour cela que notre ministre de l’agriculture dit que tout est beau.